Publié

HOCKEY SUR GLACEMeunier: «Les Givrés? Ouais, ça me va bien»

Nos confrères ont trouvé un surnom à la France du capitaine Laurent Meunier, d'ores et déjà qualifiée pour les quarts de finale des Mondiaux.

par
Frédéric Lovis
La France du capitaine Laurent Meunier est d'ores et déjà qualifiée pour les quarts de finale, avant même son dernier match du tour qualificatif face à la République tchèque.

La France du capitaine Laurent Meunier est d'ores et déjà qualifiée pour les quarts de finale, avant même son dernier match du tour qualificatif face à la République tchèque.

Keystone

Laurent Meunier, votre passage à Genève en fin de saison vous a fait du bien. On se trompe?

Non, du tout. Pouvoir me maintenir en forme avant les Mondiaux avec une équipe en compétition, c'était le but de mon passage aux Vernets. Ça m'a aidé dans ma préparation.

Etes-vous fier d'être le capitaine de cette équipe de France qui se qualifie pour les quarts de finale des Mondiaux, une première depuis 1995?

Evidemment que c'est une fierté d'appartenir à cette équipe et d'y observer la solidarité et le niveau de jeu qui s'en dégage. J'aime aussi beaucoup la manière dont on y résout les problèmes.

A ce propos, il paraît que vous avez poussé une «gueulée» dans le vestiaire lundi à la fin du 2e tiers face au Danemark. Vrai ou faux?

C'est vrai. J'étais énervé par la façon dont on jouait.

Vous avez bien fait, puisque le score est passé de 2-2 à 6-2 durant le 3e tiers.

J'ai simplement dit qu'il fallait revenir à ces choses simples qui nous avaient permis de gagner des matches jusque-là. J'ai recadré certains trucs, voilà tout.

Huet et la triplette Roussel/A. da Costa/Bellemare sont-ils les clés principales de vos succès à Minsk?

En résumé, c'est ça. Cristo, ça reste notre point fort, sur lequel on s'appuie depuis plusieurs années maintenant. Quant à notre première ligne, elle est extraordinaire depuis le début du tournoi. Elle trouve le moyen de produire à chaque match. Il ne faut toutefois pas oublier le travail des autres attaquants et des défenseurs. En fait, cette année, ça répond bien un peu partout.

Est-ce la meilleure des publicités pour les Mondiaux 2017, que vous organiserez en collaboration avec l'Allemagne?

Tous les résultats que l'équipe de France obtiendra jusqu'à cette date seront importants. Il est toutefois évident que notre parcours devient médiatisé au pays, résultats aidant. Ça ouvre des fenêtres sur le grand public, ça fait parler de notre sport qui continue de vivre dans l'ombre du football, du rugby et d'autres. C'est donc important, oui.

Que dites-vous du surnom dont on affuble l'équipe de France?

Les Givrés? Ouais, ça me va bien. Il y en a quelques-uns dans l'équipe qui sont pas mal atteints (rires).

Ça vient d'où?

D'une émission sur Canal+ diffusée l'année passée.

Il vous reste un match dans le tour qualificatif, ce soir face à la République tchèque (19h45). Le but est-il de le gagner pour éviter la Russie en quarts de finale?

Il est évident qu'une 3e place au classement nous satisferait davantage qu'une 4e. Mais pour cela, il faut déjà battre les Tchèques, ce que nous n'avons jamais réussi à faire, il me semble.

Ton opinion