11.03.2020 à 12:00

Meurtre d'un videur: 16 ans et demi de prison

Canton de Zurich

En 2015, un amateur de sports de combats avait tiré sur le videur d'un bar zurichois avec un revolver lors d'un règlement de comptes.

Le videur avait reçu une balle dans le dos et avait succombé à ses blessures sur le lieu du crime (1er mars 2015).

Le videur avait reçu une balle dans le dos et avait succombé à ses blessures sur le lieu du crime (1er mars 2015).

Keystone

La justice zurichoise condamne un homme âgé de 36 ans à 16 ans et demi de réclusion pour meurtre. En 2015, cet amateur de sports de combat a abattu un «videur» de 30 ans en pleine rue dans l'arrondissement de Zurich-Affoltern lors d'un règlement de comptes.

Dans son jugement rendu mercredi, le Tribunal de district de Zurich reconnaît le principal accusé coupable de meurtre et de tentatives de meurtre, ainsi que d'autres délits. Père de famille et criminel récidiviste, le Suisse aux racines kosovares avait tiré plusieurs coups de feu en direction de sa victime et de ses camarades avant de la toucher.

Il purge actuellement sa peine de manière anticipée. La sanction est assortie d'une peine pécuniaire symbolique de 15 jours-amende à 10 francs.

Assassinat et internement écartés

La Cour n'a suivi ni l'accusation ni la défense dans sa décision. Le Ministère public réclamait une peine à perpétuité contre le principal accusé pour assassinat, assortie d'un internement. L'avocat du meurtrier plaidait la légitime défense et une peine maximale de 4 ans pour d'autres délits.

Deux compères du meurtrier - un Turc de 25 ans et un Tchétchène de 35 ans - sont condamnés pour d'autres délits. Le premier écope de trois ans de prison, dont la moitié ferme. Le procureur avait demandé en vain une peine ferme de six ans contre lui pour complicité de meurtre, assortie d'une expulsion du territoire suisse. La défense demandait un sursis complet sans expulsion.

Le second co-accusé est sanctionné d'une peine de prison d'un an avec sursis et d'une peine pécuniaire de 60 jours-amende à 30 francs, également assortie du sursis.

De la bagarre au meurtre

Une longue inimitié opposait le meurtrier et sa victime, un videur, hooligan à ses heures perdues. Insultes et menaces rythmaient leurs rencontres, leurs appels téléphoniques, SMS et leurs contacts sur les réseaux sociaux.

Pour régler leurs comptes, ils se donnent rendez-vous le 1er mars 2015 à l'aube. Le videur vient accompagné de deux camarades de «baston». Le principal prévenu est, lui, flanqué de deux compères: les deux co-accusés. Incité par le «leader» de la bande, le plus jeune des deux se déplace avec l'arme du crime, un revolver.

Après les premières provocations verbales, les deux camps en viennent aux mains, non sans s'asperger mutuellement de spray au poivre. Puis, le jeune Turc de 25 ans sort son revolver et tire en l'air.

Les quatre adversaires s'enfuient en courant, mais le principal accusé s'empare de l'arme et tire dans leur direction. Il touche le videur dans le dos. Ce dernier succombe à ses blessures sur le lieu du crime. Ses compères s'en sortent indemnes. L'arme à feu ne sera jamais retrouvée.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!