Actualisé 23.09.2015 à 12:48

ZurichMeurtre d'une psychiatre: entraide demandée à l'Italie

Le Ministère public zurichois réclame l'échantillon d'ADN d'un suspect détenu en Italie. Il pourrait être l'auteur du meurtre d'une psychiatre en décembre 2010.

Dans le cadre de l'enquête, environ 300 hommes ont déjà dû passer un test ADN. Tous étaient des connaissances de la victime.

Dans le cadre de l'enquête, environ 300 hommes ont déjà dû passer un test ADN. Tous étaient des connaissances de la victime.

ARCHIVES, AFP

L'enquête sur le meurtre d'une psychiatre à Zurich est relancée. Le Ministère public du canton de Zurich a confirmé mercredi avoir réclamé l'échantillon d'ADN de ce suspect qui se trouve actuellement en Italie. Il a demandé l'entraide judiciaire aux autorités italiennes. Âgé de 40 ans, l'homme est détenu depuis sa condamnation à 30 ans de prison pour le meurtre à coups de couteau d'une psychiatre, à Bari en 2013. La psychiatre zurichoise, 56 ans et d'origine chilienne, avait été tuée dans les mêmes circonstances en décembre 2010. Mariée et mère d'une adolescente, elle avait été découverte morte dans son cabinet du quartier de Seefeld, à Zurich.

Une opération d'une ampleur inédite

Dans le cadre de l'enquête, environ 300 hommes ont dû passer un test ADN. Tous étaient des connaissances de la victime. Cette opération, d'une ampleur inédite à l'époque en Suisse, n'a donné aucun résultat. Une récompense de 10'000 francs pour toute information permettant de trouver le meurtrier n'a pas non plus fait avancer l'enquête.

L'attention du Ministère public zurichois se porte désormais sur le suspect emprisonné en Italie. Originaire de Bari, ce dernier s'est déclaré disponible pour un prélèvement d'ADN. Il a cependant assuré à son avocat qu'il ne connaissait pas la victime, et qu'il n'était pas à Zurich au moment des faits.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!