Publié

PolémiqueMeurtre de Marie: la foire d'empoigne

Le Tribunal cantonal (TC) n'apprécie pas du tout les attaques de la Commission de haute surveillance contre la juge d'application des peines impliquée dans le drame de Payerne (VD).

La commission composée de députés du Grand Conseil a outrepassé ses compétences, affirme vendredi le TC.

La Commission de haute surveillance du Tribunal cantonal (CHSTC) viole la séparation des pouvoirs en apportant une appréciation sur des décisions judiciaires. Elle commente le travail de la juge d'application des peines «alors que la loi ne l'y autorise pas», souligne vendredi TC dans un communiqué.

«La haute surveillance ne porte pas sur l'activité juridictionnelle des autorités judiciaires», rappelle le Tribunal cantonal en citant la loi. En outre, il juge que l'enquête administrative a déjà eu lieu et rappelle que l'Autorité de surveillance du TC s'est ralliée à la conclusion selon laquelle il n'y avait pas eu de comportement répréhensible des intervenants.

Enfin, le Tribunal cantonal «déplore vivement» les critiques personnelles portées dans les médias par le député Haury, président de la CHSTC, à l'encontre de la juge.

(ats)

Votre opinion