Publié

Etats-UnisMeurtre: une chasse à l'homme est en cours

Soupçonnés d'avoir sauvagement poignardé un coiffeur à Chicago, deux hommes sont recherchés par la police.

Andrew Warren, 56 ans (à gauche), et Wyndham Lathem, 42 ans, sont actuellement recherchés par la police américaine.

Andrew Warren, 56 ans (à gauche), et Wyndham Lathem, 42 ans, sont actuellement recherchés par la police américaine.

Un employé de la prestigieuse université anglaise d'Oxford et un second d'une faculté de Chicago étaient recherchés par la police américaine, vendredi, qui les soupçonne d'avoir sauvagement tué un Américain.

La chasse à l'homme s'est étendue à l'ensemble des Etats-Unis pour retrouver Andrew Warren, 56 ans, et Wyndham Lathem, 42 ans.

Les deux hommes auraient poignardé à mort Trenton Cornell-Duranleau, un coiffeur de 26 ans retrouvé mort à son domicile de Chicago, la semaine dernière. Le meurtre a été si violent, explique la police, que la lame du couteau ayant servi à larder le jeune homme s'est brisée.

Les US Marshals, une entité fédérale des forces de l'ordre, «nous prêtent main forte pour arrêter les deux agresseurs», a écrit la police dans un communiqué. Les autorités ont par ailleurs révélé vendredi que Wyndham Lathem avait envoyé un message vidéo pour s'excuser du meurtre auprès de ses proches.

Don anonyme

Wyndham Lathem est professeur associé à la Northwestern University de Chicago, a été depuis placé en congés administratifs et l'entrée sur le campus lui est interdite, a affirmé son établissement. Quant à Andrew Warren, une page du site internet d'Oxford, qui a depuis été supprimée, le décrivait comme un assistant administratif sur le campus de Somerville.

La police n'a pour l'instant pas communiqué sur les relations entre ces deux hommes, ni entre eux et la victime.

Plusieurs zones d'ombre entourent ce sordide fait divers. Notamment, rapporte le Chicago Tribune, le fait qu'un mystérieux don anonyme de 1000 dollars a été effectué au profit d'une librairie du Wisconsin voisin. L'argent a été donné au nom de la victime, après l'agression.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!