03.03.2016 à 08:46

Avion disparuMH370: des familles réclament la poursuite des recherches

Des proches des passagers du Boeing 777 de Malaysia Airlines qui s'est volatilisé il y a deux ans ont appelé avec émotion les autorités à poursuivre les recherches.

1 / 145
Des objets «probablement fabriqués par l'homme» ont été repérés près du site du crash supposé du vol MH370, dans l'océan Indien, peu après sa disparition. Des scientifiques australiens l'ont révélé mercredi, plus de six mois après la fin des recherches. (Mercredi 16 août 2017)

Des objets «probablement fabriqués par l'homme» ont été repérés près du site du crash supposé du vol MH370, dans l'océan Indien, peu après sa disparition. Des scientifiques australiens l'ont révélé mercredi, plus de six mois après la fin des recherches. (Mercredi 16 août 2017)

AP
Dans cette photo d'archives, on voit un officier de l'armée de l'air australienne scruter la surface de l'océan Indien. Les autorités australiennes, chinoises et malaisiennes ont annoncé que les recherches sous-marines étaient suspendues. (mardi 17 janvier 2017)

Dans cette photo d'archives, on voit un officier de l'armée de l'air australienne scruter la surface de l'océan Indien. Les autorités australiennes, chinoises et malaisiennes ont annoncé que les recherches sous-marines étaient suspendues. (mardi 17 janvier 2017)

AP, Keystone
Les proches des passagers ont annoncé samedi leur intention d'entreprendre eux-mêmes des recherches. (Samedi 3 décembre 2016)

Les proches des passagers ont annoncé samedi leur intention d'entreprendre eux-mêmes des recherches. (Samedi 3 décembre 2016)

L'avion de la compagnie malaisienne avait disparu le 8 mars 2014 peu après son décollage de Kuala Lumpur à destination de Pékin, avec 239 personnes à bord, et se serait abîmé dans l'océan Indien, devenant l'un des plus grands mystères de l'aviation civile.

L'Australie, qui dirige les recherches dans l'océan Indien, devrait conclure d'ici au mois de juillet ses opération concentrées dans les profondeurs d'une zone délimitée où pourrait se trouver l'épave. Les autorités prévoient de mettre un terme aux recherches si rien n'est retrouvé d'ici là.

Mais le collectif de familles de victimes Voice370 a publié jeudi un communiqué demandant aux pays impliqués dans les recherches de ne pas cesser les opérations tant que quelque chose n'aura pas été retrouvé.

Douleur des familles

«Voice370 recommande avec insistance aux autorités de poursuivre les opérations dans la zone de recherche actuelle. Nous pensons qu'elles ne devraient pas jeter l'éponge, clore cette affaire et simplement la considérer comme un mystère insoluble», souligne le collectif.

La douleur des familles ne s'est pas apaisée après deux années «agonisantes», ajoute Voice370, en soulignant les «blessures profondes causées par la perte» de proches et le fait de «ne pas savoir».

Ces déclarations interviennent après peu après l'annonce mercredi de la découverte sur une côte de l'Est de l'Afrique, au Mozambique, d'un débris d'avion qui pourrait provenir du Boeing 777 de Malaysia Airlines. Les autorités mozambicaines ont confirmé qu'une pièce d'avion, qui n'a pas encore été formellement identifiée, leur avait été remise par un touriste américain.

Le mystère reste entier

Ce débris doit être envoyé en Australie où des experts de ce pays et de la Malaisie ainsi que des spécialistes internationaux vont l'examiner, afin de déterminer s'il s'agit d'une partie de l'avion disparu de Malaysia Airlines.

Un fragment d'aile retrouvé en juillet dernier sur l'île française de La Réunion, dans l'océan Indien, appartient au Boeing 777 (vol MH370), selon les autorités malaisiennes et la justice française. Mais le mystère de sa disparition reste entier.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!