Michael J. Fox s’est noyé dans l’alcool pour affronter sa maladie

Publié

Apple TV+Michael J. Fox s’est noyé dans l’alcool pour affronter sa maladie

L’acteur, atteint de la maladie de Parkinson, se confie dans un documentaire présenté au Sundance Film Festival.

par
Laurent Flückiger
1 / 2
Michael J. Fox à la première de «STILL: A Michael J. Fox Movie» au Sundance Film Festival, le 20 janvier 2023.

Michael J. Fox à la première de «STILL: A Michael J. Fox Movie» au Sundance Film Festival, le 20 janvier 2023.

Getty Images via AFP
Michael J. Fox avec son épouse, Tracy Pollan, et le réalisateur du film, Davis Guggenheim.

Michael J. Fox avec son épouse, Tracy Pollan, et le réalisateur du film, Davis Guggenheim.

Getty Images via AFP

Un enfant canadien trop petit qui est devenu le «Petit prince de Hollywood» avant d’incarner un formidable exemple pour des millions de personnes atteintes de la maladie de Parkinson, c’est ce que raconte «STILL: A Michael J. Fox Movie», un documentaire de Davis Guggenheim, disponible prochainement sur Apple TV+.

Le film est composé d’une série d’entretiens avec Michael J. Fox entrecoupés de reconstitutions et d’images d’archives. Il a été présenté vendredi 20 janvier au Sundance Film Festival. «Still» offre «un regard intime, sans faille et souvent amusant sur l’incroyable histoire de la vie de Michael J. Fox», selon «Entertainment Weekly», qui a sélectionné ses passages préférés.

Confiture en portions

À l’écran, l’acteur, âgé de 61 ans, raconte que depuis le début, il était plus petit et avait l’air plus jeune que les enfants de son âge. Pour y faire face, il a développé un sens de l’humour aiguisé. S’il pouvait faire rire ceux qui l’intimidaient, réalisa-t-il, ils seraient moins enclins à le frapper. Limité par sa taille, il a trouvé sa vocation dans le théâtre plutôt que dans le sport.

À 18 ans, Michael J. Fox a décidé qu’il était temps de tenter sa chance à Hollywood, et à sa grande surprise, son père a accepté, le conduisant même à Los Angeles. Un geste qui a montré que son père croyait en lui et qu’il voyait quelque chose de spécial dans son jeu d’acteur, même s’il ne l’a peut-être jamais dit.

Au début de sa carrière, Michael J. Fox vivait dans un appartement exigu. Il était tellement fauché qu’il ramenait chez lui des portions de confiture des restaurants pour les manger comme collation.

Une image de «STILL: A Michael J. Fox Movie».

Une image de «STILL: A Michael J. Fox Movie».

Apple TV+

Son visage sur une lunch box

Quand il a été engagé dans la série «Sacrée famille» en 1982, le boss de NBC n’était pas convaincu de ce choix. Selon lui, Michael J. Fox pourrait bien être un bon acteur, mais il n’aurait jamais son visage sur une lunch box. Le Canadien a pris sa revanche des années plus tard, en lui envoyant une lunch box de «Retour vers le futur» avec son visage dessus.

Robert Zemeckis voulait Michael J. Fox pour «Retour vers le futur». Mais le créateur de «Sacrée famille» ne comptait pas le laisser partir comme ça. Alors durant deux mois, l’acteur répétait pour la série de 10 h à 18 h, heure à laquelle un chauffeur l’emmenait sur le plateau de «Retour vers le futur», où il travaillait jusqu’au petit matin.

Pronostic de dix ans avant d’être trop malade pour travailler

Un matin de 1991, Michael J. Fox s’est réveillé avec un petit doigt qui était agité de frémissements involontaires. Il a d’abord pensé que c’était une conséquence de la grosse fête qu’il avait faite la veille avec Woody Harrelson. Malheureusement, ça ne s’est pas arrêté. Quand on lui a diagnostiqué la maladie de Parkinson, on lui a dit qu’il lui restait 10 ans avant d’être trop malade pour travailler.

Au début, il a choisi de cacher sa maladie. Sur les plateaux, il synchronisait les prises de médicament pour que leurs effets se manifestent durant les prises. Et lorsque les symptômes persistaient, il cachait les tremblements en tenant et en jouant avec des objets dans ses mains.

L’acteur s’est tourné vers l’alcool pour faire face à l’impact émotionnel de la maladie dégénérative incurable. Dans le documentaire, il admet qu’il est devenu alcoolique. Il attribue à sa femme le mérite de l’avoir aidé à surmonter sa dépendance. Il est sobre depuis trente ans maintenant.

«Douleurs intenses»

C’est suite au succès de la série «Spin City» – un Emmy, trois Golden Globes et deux Screen Actors Guild Awards pour sa performance – que Michael J. Fox s’est senti prêt à faire connaître au monde son diagnostic, en 1998. Il a pris sa retraite d’acteur en 2020 en raison de sa santé, mais il continue de défendre son organisation de recherche sur la maladie de Parkinson. Il a levé la somme incroyable de 1,5 milliard de dollars depuis qu’il l’a fondée en 2000.

Aujourd’hui, Michael J. Fox doit travailler dur avec un préparateur physique pour conserver sa mobilité. Mais il lui arrive souvent de faire des chutes brutales lorsqu’il perd l’équilibre. Il se brise souvent les os et souffre régulièrement de «douleurs intenses». Pourtant, il est plein d’espoir et peut regarder sa vie avec fierté. Ce dont il est le plus fier? De sa famille et de «Retour vers le futur». «C’est une putain de vie incroyable», dit Michael J. Fox.

Ton opinion

1 commentaire