17.08.2018 à 17:07

FootballMichel Decastel, psychologue en chef

Neuchâtel Xamax FCS se déplace à Yverdon dimanche (16h) pour un premier tour de Coupe de Suisse difficile. Surtout dans les têtes.

von
Tim Guillemin
Michel Decastel et Xamax vivent un début de saison mitigé.

Michel Decastel et Xamax vivent un début de saison mitigé.

Keystone

«Il faut juste remettre les choses en perspective. On a quatre points après quatre matches. Après avoir joué à Lucerne et à Sion, et face à Bâle et Thoune, c'est conforme à ce qu'on pouvait attendre.» En deux phrases, Michel Decastel essaie d’éteindre l’incendie qui prend forme autour de son équipe, l’atteignant même par moments vu la panique à bord en première période face au FCT.

Il y a deux semaines, Neuchâtel Xamax FCS était l’exemple à suivre partout en Suisse: de la stabilité, un esprit d’équipe formidable et une manière de jouer au sol attirant les louanges. Et tout d’un coup, après deux lourdes défaites à Sion et face à Thoune, ces mêmes valeurs sont retournées: Xamax n’aurait pas bien recruté, ou pas assez, la concurrence serait inexistante et son jeu stéréotypé. Bref, le retour en Challenge League serait inévitable. Ainsi va la loi du football. Michel Decastel, c'est la difficulté de sa tâche, doit impérativement trouver le juste milieu et protéger son groupe de ces hauts et de ces bas.

«C’est ce que j’ai essayé de faire toute la semaine, confirme l’entraîneur xamaxien, promu psychologue en chef. Entre le match de Sion, joué un dimanche, et celui de Thoune, un samedi, les gars n’ont pas eu un seul jour de congé. On s’est vus absolument tous les jours. Alors, après Thoune, ils ont eu leur dimanche et leur lundi de libre. C’était important pour penser à autre chose. Pour eux et pour moi.»

Mardi, les mines étaient tout de même assez sombres à l’entraînement. «C’est vrai que j’ai trouvé les gars abattus. Mais on les a remotivés très vite. Le président est venu, leur a dit que ce n’était pas la fin du monde, qu’il fallait réagir.» Xamax est justement attendu au tournant ce dimanche à Yverdon face à une ambitieuse équipe de Promotion League. «On doit passer ce tour. Et ne pas oublier qu’on est favoris, qu’on doit imposer notre jeu et gagner», continue Michel Decastel, un peu étonné par le ton trop alarmiste de la présentation du match sur le propre site internet du club rouge et noir.

Le syndrome d'Echallens

Intitulé «Vertiges…», ce communiqué parle d’«épreuve du feu» pour Xamax, rappelant le «syndrome d’Echallens», lié à l’élimination de l’année dernière face à une équipe de 1re ligue. «Je dois éloigner les joueurs de tout ça. Nos qualités sont toujours là, deux semaines ratées ne remettent rien en question. Contre Thoune, ce sont des erreurs individuelles qui nous plombent. J’ai revu le match, même si ça fait mal. Jusqu’à l’expulsion, on est très bien. On a la balle du 1-1, on fait mieux que rivaliser avec Thoune dans le jeu. On ne doit pas dramatiser.»

Si Xamax a un souci, c’est toujours du côté de sa défense. Quatre joueurs des lignes arrières seront absents dimanche à Yverdon (Mustafa Sejmenovic, William Le Pogam, Igor Djuric et Maikel Santana). «Faites le compte, il nous en reste quatre», grince Michel Decastel. La composition défensive n’abritera ainsi aucune surprise: Arbnor Fejzullahu et Janick Kamber occuperont les flancs, tandis que l’axe sera défendu par Mike Gomes et Arbenit Xhemajli. Concernant ce dernier, auteur d’une incroyable boulette face à Thoune sur le 0-2, Michel Decastel évoque la jeunesse. «La qualité, il l’a. Il avait été très bon face à Bâle deux semaines plus tôt. Une inattention de sa part face à Sion a coûté un but et ça l’a un peu travaillé, je pense… Contre Thoune, c’est incroyable l’erreur qu’il a commise. Je lui ai dit de dégager en tribunes plutôt que de prendre des risques, quitte à ce que le public gueule un peu. Je préfère ça à ce qu’il a fait.»

Dans les buts, pas de rotation: Laurent Walthert sera dans les buts pour ce match de Coupe. «Matthias Minder a du potentiel, il est là pour apprendre. Il jouera quand il sera meilleur que Laurent», tranche Michel Decastel, qui n’a pas spécialement envie de prendre des risques maintenant.

Ben Djemia pas conservé

A noter enfin que Selim Ben Djemia, défenseur franco-tunisien à l’essai, n’a pas été conservé. «Si on prend un joueur, il doit être plus fort que ceux qu’on a. Ce qui n’est pas le cas», a commenté l’entraîneur xamaxien, qui se montre très optimiste sur le dossier prioritaire du nouveau défenseur central. «On a trouvé des noms qui me plaisent, des noms que je connais. On n’aura pas besoin de les tester et on a le choix. On annoncera un renfort en défense centrale la semaine prochaine», promet Michel Decastel.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!