Football: Michel Platini est désormais aussi un «accusé»

Actualisé

FootballMichel Platini est désormais aussi un «accusé»

L'enquête ouverte en 2015 contre Sepp Blatter a été étendue à l'ancien joueur français, soupçonné de «complicité de mauvaise gestion et détournement».

par
LeMatin.ch
Michel Platini (à g.) et Sepp Blatter (à dr.): c'était en mai 2015, au Congrès de la FIFA à Zurich.

Michel Platini (à g.) et Sepp Blatter (à dr.): c'était en mai 2015, au Congrès de la FIFA à Zurich.

Keystone

L'enquête ouverte en 2015 en Suisse contre Sepp Blatter pour un paiement sans trace écrite de 2 millions de francs à Michel Platini a été étendue à ce dernier pour des soupçons «de participation à une gestion déloyale». Le Ministère public de la Confédération (MPC) prévoit «plusieurs auditions» en lien avec ce dossier cet automne.

En mai 2020, le MPC a étendu la procédure pénale contre l'ancien président de la FIFA Sepp Blatter à d'autres faits et griefs partiels ainsi qu'à d'autres personnes. Dans ce contexte la procédure a été étendue contre l'ancien président de l'UEFA pour soupçon de participation à une gestion déloyale et pour soupçon de faux dans les titres, a indiqué le MPC vendredi après-midi à Keystone-ATS, confirmant une information d'AFP.

Convoqué par la justice le 31 août

De son côté, Sepp Blatter a indiqué qu'il était convoqué dans cette affaire par le MPC «pour être interrogé le 1er septembre». Selon l'ancien président de la FIFA, toujours suspendu, M. Platini est lui convoqué par la justice suisse le 31 août. Le MPC a confirmé que des auditions auront lieu «au troisième trimestre», sans donner plus de détails.

La justice avait ouvert une procédure pénale en septembre 2015 visant Sepp Blatter, à l'origine d'un paiement controversé en 2011 de 2 millions de francs, sans contrat écrit, à Platini, pour un travail de conseiller achevé en 2002.

Ce paiement suspect de 2 millions de francs a valu à Sepp Blatter comme à Platini une suspension de plusieurs années, qui a empêché l'ancien président de l'UEFA de briguer la présidence de la FIFA. La suspension de M. Platini a été confirmée par le TAS, qui l'a réduite à 4 ans, puis par le Tribunal fédéral et enfin par la Cour européenne des droits de l'Homme.

Dans l'autre volet de l'enquête, le MPC a confirmé début avril qu'il n'avait pas l'intention de poursuivre le patron déchu de la FIFA pour l'octroi de droits télévisés à l'Union caribéenne de football, pour «soupçon de gestion déloyale et abus de confiance». La FIFA a depuis demandé au MPC de poursuivre l'enquête en déposant des «observations officielles».

ATS/Sport Center

Ton opinion