France – Michel Polnareff presque aveugle s’est enfermé pendant 800 jours
Publié

FranceMichel Polnareff presque aveugle s’est enfermé pendant 800 jours

Laurent Delahousse a proposé aux téléspectateurs de «20 h 30 le samedi» de revenir sur la période la plus difficile de la vie du chanteur.

Michel Polnareff en concert à Paris le 11 mai 2016.

Michel Polnareff en concert à Paris le 11 mai 2016.

Gamma-Rapho via Getty Images

Michel Polnareff, 77 ans, a souffert de problèmes ophtalmologiques depuis l’enfance. Ils ont empiré d’année en année. Le pic a été en 1993 lorsque la star est victime d’une double cataracte brune. Il s’agit d’un trouble de la vision qui survient lorsque le cristallin, cette petite lentille ovale située derrière la pupille, perd de sa transparence.

«S’il ne se faisait pas opérer, il perdait la vue»

Atteint d’une quasi-cécité et angoissé, il s’est enfermé 800 jours et 800 nuits dans la chambre 128 du palace du Royal Monceau à Paris. Un confinement de luxe car Michel Polnareff est terrorisé par l’opération. «Il avait une peur panique de devenir aveugle. Et donc une peur panique de se faire opérer et de se faire examiner par un médecin. Mais s’il ne se faisait pas opérer, il perdait la vue», a ainsi raconté Jean-René Mariani, ami de Michel Polnareff, dans le magazine «20 h 30 le samedi» sur France 2 ce 20 novembre 2021. Il a ensuite expliqué pourquoi l’artiste a préféré rester à l’écart: «C’est pour cela qu’il ne voulait pas bouger. Il savait où il mettait les pieds, les pas. Il pouvait vivre comme un aveugle en gros».

Finalement, un médecin a tiré la sonnette l’alarme et Michel Polnareff a pris une décision. «L’ophtalmo venait tous les jours. Il disait: «Michel il faut que vous vous fassiez opérer. Moi je vous règle ça, il n’y a aucun problème.» Opéré d’accord, mais quand et par qui? Et puis quelles sont les chances de succès d’une opération de cette nature?» a expliqué Jean-René Mariani. Finalement, le chanteur a décidé d’accepter l’intervention chirurgicale en 1994 pour le meilleur.

(Lematin.ch)

Votre opinion