23.07.2020 à 16:23

BruxellesMigrations: l'UE doit parler d’une seule voix

Le flux migratoire aux frontières allemandes est revenu au même niveau d’avant la pandémie. Il devient impératif que l’UE mette une politique migratoire commune en place.

1 / 1
Des migrants mineurs embarquent à Athènes pour l’Allemagne.

Des migrants mineurs embarquent à Athènes pour l’Allemagne.

AFP

«Le temps est venu» pour l'Union européenne de définir une politique commune de migration et d'asile. Ce sujet de dissensions entre les 27 va faire l'objet d'une proposition de la Commission, a indiqué ce jeudi à Vienne le vice-président de l’Exécutif européen Margaritis Schinas.

«Le temps est venu. L'Europe ne peut pas échouer deux fois en matière de migration», a lancé le commissaire en référence à la crise migratoire de 2015 et aux divisions qu'elle a creusées parmi les Etats membres de l'UE.

Margaritis Schinas s'exprimait lors d'une réunion en Autriche de représentants de 18 États de l'UE et des Balkans consacrée à ce sujet. Il a rappelé que la définition d'un «pacte européen pour la migration et l'asile» était au menu de la présidence allemande de l'UE et allait bientôt faire l'objet d'une «proposition formelle» de la Commission.

«Nous ne voulions pas contaminer la discussion sur le plan de relance avec un autre dossier difficile sur l'immigration mais maintenant (...) nous sommes prêts», a ajouté Margaritis Schinas, commissaire à la «promotion de notre mode de vie européen». «La migration façonne nos sociétés, façonne nos politiques, c'est l'un des éléments clés de nos systèmes», a-t-il souligné. «C'est inconcevable que nous n'ayons pas encore de politique commune (...)".

«Plateforme» de coordination

Une réforme, maintes fois annoncée, du système européen d'asile a toujours achoppé sur la question de la répartition des demandeurs d'asile, en raison de l'opposition notamment des pays dits de Visegrad (Pologne, Hongrie, République tchèque et Slovaquie).

«Nous sommes prêts à prendre en compte toutes les sensibilités mais aussi tirer les leçons de l'échec de 2016», a ajouté le vice-président. L'accélération de l'expulsion des migrants déboutés de l'asile sera «un élément clef» de la future politique, selon lui.

Les participants à la réunion ministérielle en Autriche ont également annoncé la création, à Vienne, d'une nouvelle «plateforme» de coordination sur les questions migratoires entre pays de l'UE et des Balkans, devant servir «d'alerte rapide».

Le ministre allemand de l'Intérieur Horst Seehofer (CSU, conservateur) a mis en exergue une «hausse significative» et récente des flux migratoires. Avec 300 à 400 migrants candidats à l'asile contrôlés chaque jour aux frontières allemandes, le flux est revenu au niveau d'avant la crise du nouveau coronavirus, selon le ministre.

(AFP/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!