Actualisé 23.06.2017 à 15:24

CommerceMigros relance la guerre du lait

Le distributeur dénonce le fonctionnement du prix indicatif du lait et va quitter l'interprofession qui le fixe chaque trimestre.

von
Fabien Feissli
Le prix indicatif du lait est fixé chaque semestre par les différents membres de la profession.

Le prix indicatif du lait est fixé chaque semestre par les différents membres de la profession.

GAETAN BALLY, Keystone

«Fin 2017, Migros se retirera de l’interprofession (IP) Lait». Par un simple communiqué de presse, le distributeur vient de secouer encore un peu plus le vaste débat sur le prix du lait. Conséquence de cette annonce, le géant orange ne participera plus aux négociations qui permettent de fixer le prix indicatif du lait chaque trimestre. Une valeur qui s'élève actuellement à 65 centimes par kilo.

«Certains acteurs ont exploité le débat autour du prix du lait en faveur de leurs intérêts particuliers et, à plusieurs reprises, n’ont pas respecté les accords», regrette Migros pour justifier sa décision. Se disant conscient de son rôle important dans l'économie laitière suisse, le distributeur assure pourtant que les tarifs resteront les mêmes, tant pour ses fournisseurs que pour ses clients.

«Pour le paysan, ce qui est décisif, c’est le montant effectif perçu. Comme par le passé, nos producteurs se verront proposer un prix supérieur à celui pratiqué sur le marché», affirme Hansueli Siber, membre de la direction générale, dans une interview à paraître la semaine prochaine dans Migros Magazine. Actuellement, le distributeur indique payer en moyenne 10% de plus que ses concurrents.

Mardi, l'ex-candidat au Conseil d'Etat vaudois, Toto Morand a déposé une pétition, munie de 5013 signatures, demandant que le litre de lait soit payé un franc aux producteurs. Il souhaite que, dès 2018, tous les commerces du canton donnent la possibilité aux consommateurs d'acheter une brique équitable.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!