Suisse centrale: Migros vend désormais du pain de la veille

Publié

Suisse centraleMigros vend désormais du pain de la veille

Quatre filiales de Suisse centrale proposent les produits invendus du jour d'avant à un prix réduit. Ce n'est pas le premier distributeur à lutter de la sorte contre le gaspillage alimentaire.

par
ofu
Migros

La coopérative Migros Lucerne souhaite faire un geste contre le gaspillage alimentaire. Dans quatre filiales de Suisse centrale, il est désormais possible d'acheter du pain invendu de la veille. Selon le type et la taille, la miche coûte entre 1 franc et 50 centimes. Un gros autocollant orange signale aux consommateurs qu'il s'agit d'un pain de la veille, écrit vendredi «20 Minuten». «Avec cette pratique, nous espérons réduire le nombre d'aliments qui finissent à la poubelle», explique la coopérative dans un communiqué.

«Sachets surprise»

Le géant orange rappelle qu'il prend régulièrement des mesures pour lutter contre le gaspillage alimentaire. Il collabore notamment avec «Too Good to Go», une application qui met en lien consommateurs et commerçants qui vendent à prix fortement réduit des produits qui auraient fini à la poubelle. Concrètement, les consommateurs se font remettre des sortes de «sachets surprise», contenant divers produits. Le tout à un tiers du prix initial.

«Nous ne jetons rien»

Migros n'est pas le premier distributeur à proposer du pain de la veille. Aldi Suisse s'est lancé en 2015 déjà. Le discounter Lidl fait de même depuis plusieurs années. «Les réactions des clients sont très positives», affirme sa porte-parole Corina Milz. Coop, en revanche, renonce à vendre des produits de boulangerie de la veille. «En fin de journée, il ne reste que très peu de pains invendus. Un grande partie des pains sont cuits dans les magasins. Il est donc possible d'évaluer la quantité nécessaire», explique la porte-parole Andrea Bergmann. Et d'ajouter: «Nous ne jetons rien. Les invendus sont remis à des associations de bienfaisance.»

Pas en Suisse romande

A ce stade, aucune extension n'est prévue dans les filiales Migros de Suisse romande. La porte-parole Anne-Catherine Berrut précise néanmoins: «Il y a une multitude d'efforts qui sont poursuivis pour diminuer le gaspillage alimentaire et revaloriser les déchets. Migros s'efforce de réduire ses pertes, notamment en planifiant les quantités en magasins le plus précisément possible. Par ailleurs, nous travaillons de concert avec des organisations caritatives qui récupèrent une grande partie des invendus du jour pour les redonner aux personnes dans le besoin.»

Pour finir, elle explique que 98,57% des denrées sont vendues ou offertes en tant que denrées alimentaires. «Quant au 1,43% restant qui n'est pas écoulé en tant que denrées alimentaires, il est revalorisé en aliments pour animaux ou compost ou alors transformé en biogaz.»

Ton opinion