Football - Milan écrase la Juve, mais perd Ibrahimovic
Publié

FootballMilan écrase la Juve, mais perd Ibrahimovic

Les Milanais ont sorti les Turinois du Top 4, mais leur attaquant suédois est sorti blessé. L’Atalanta reste deuxième.

Blessé au genou, Zlatan Ibrahimovic a dû quitter le terrain.

Blessé au genou, Zlatan Ibrahimovic a dû quitter le terrain.

AFP

L’AC Milan a assommé la Juventus Turin (3-0) dimanche soir pour éjecter les Bianconeri (5e) du Top 4 qualificatif pour la prochaine Ligue des champions, dans une soirée marquée par la sortie sur blessure de Zlatan Ibrahimovic à quelques semaines de l’Euro.

Brahim Diaz, le titulaire qu’on n’attendait pas, et Ante Rebic, entré à la place d’«Ibra», ont marqué deux jolis buts (45+1e et 78e) avant que le défenseur Fikayo Tomori ne scelle le score de la tête (82e). Les Rossoneri (3e), se sont même offert le luxe de rater un penalty par Franck Kessié face une Juventus trop prévisible et en panne de confiance.

Inquiétude pour Zlatan

Mais l’information de la soirée du côté milanais, c’est la sortie de Zlatan Ibrahimovic, visiblement touché au genou gauche, à cinq semaines du premier match de l’équipe de Suède à l’Euro.

Le Suédois de 39 ans s’est fait mal en essayant de contrôler un ballon, dans un duel avec le défenseur néerlandais des Bianconeri Matthijs de Ligt peu après l’heure de jeu. Il est resté sur le terrain encore quelques minutes mais a ensuite renoncé, s’asseyant sur la pelouse puis sortant en boitant à la 66e minute, remplacé par Ante Rebic.

«Ibra», qui vient de prolonger son contrat jusqu’en juin 2022 avec les Rossoneri, a retrouvé en mars la sélection de Suède pour les matches éliminatoires au Mondial 2022, près de cinq ans après avoir annoncé sa retraite internationale après l’Euro 2016. Il est l’une des stars attendues de l’Euro (11 juin-11 juillet), où la Suède doit débuter le 14 juin contre l’Espagne.

Dans l’après-midi, l’Atalanta Bergame, avec Remo Freuler jusqu’à la 76e, s’est largement imposée sur le terrain du condamné Parme (5-2) pour reprendre la deuxième place du classement chipée samedi par Naples.

Comment souvent, l’Atalanta a fait pleuvoir les buts. Les artificiers du jour sont l’Ukrainien Ruslan Malinovskyi, l’homme en forme de la «Dea» (cinq buts et sept passes décisives sur les huit derniers matches), l’Italien Matteo Pessina, l’inévitable Colombien Luis Muriel, auteur d’un doublé et désormais à 21 buts cette saison, et le Russe Alekseï Miranchuk.

«Marquer plus de 20 buts c’est beaucoup pour moi, mais il reste des matches», a souri Muriel, gourmand, en assurant que l’équipe «voulait la deuxième place».

Benevento énervé

Dans le bas du classement, Cagliari est sorti vainqueur du duel bouillant pour le maintien contre Benevento.

Les Sardes sont allés gagner 3-1 en Campanie et prennent la 16e place avec quatre points d’avance sur leur adversaire du jour qui reste 18e et premier relégable.

Chez les dirigeants du Benevento, le penalty accordé dans les dernières minutes, puis refusé après intervention de la VAR, qui aurait permis de revenir à 2-2, est particulièrement mal passé: très remonté devant les caméras, le président Oreste Vigorito a fustigé une décision visant selon lui à «tuer les équipes du sud».

La Roma cartonne

En début d’après-midi, Sassuolo (8e) a entretenu ses rêves de qualification européenne en s’imposant sur le terrain du Genoa (2-1) grâce à Giacomo Raspadori et Domenico Berardi, auteur de son 16e but de la saison.

Les hommes de Roberto De Zerbi (8e) restent ainsi à deux points de la septième place que la Roma ne compte toutefois pas lâcher: les Giallorossi ont fait exploser en seconde période la fragile défense de la lanterne rouge Crotone (5-0), grâce à des doublés de Borja Mayoral et Lorenzo Pellegrini et le premier but depuis plus de trois mois d’Henrikh Mkhitaryan.

À défaut d’une qualification en C1, hors de portée, Paulo Fonseca va au moins essayer de sauver une place en Ligue Europa Conférence pour son successeur sur le banc, José Mourinho.

(AFP)

Votre opinion