Publié

EspagneMilliers de manifestants pour défendre les mines de charbon

Ils défendent la survie des mines de charbon et dénoncent les coupes dans les aides publiques décidées par le gouvernement de droite, qui menacent selon eux 25'000 emplois.

Ces mineurs espagnols étaient déjà descendus dans la rue en septembre 2010.

Ces mineurs espagnols étaient déjà descendus dans la rue en septembre 2010.

AFP

Dans la fumée dégagée par les explosions de pétards, les mineurs et leurs familles, arrivés à bord de dizaines d'autocars, ont défilé sur la principale avenue de Madrid en direction du ministère de l'Industrie. "Pour l'avenir du charbon espagnol et la renaissance des villes minières", annonçait une grande banderole en tête de cortège.

Les mineurs espagnols, estimés à environ 8000, ont fait quatre jours de grève depuis la semaine dernière pour défendre l'avenir des mines de charbon, en déclin depuis une vingtaine d'années et dont la survie est menacée, selon les syndicats, par la réduction des aides décidée pour cause de rigueur.

25'000 emplois directs et indirects sont ainsi menacés, selon les syndicats, notamment dans les régions minières du nord où des communes entières vivent de cette activité. "Si nous perdons les mines, nous perdons tout, les commerces, les emplois, tout.

63% d'aides en moins

Les jeunes sont déjà au chômage et si maintenant les parents perdent leur travail, c'est toute la famille qui est détruite", assure Susana Bermudez, une épouse de mineur de 43 ans venue manifester avec son mari.

Le gouvernement espagnol, qui s'est engagé à limiter le déficit public à 5,3% du PIB en 2012 contre 8,9% de 2011, a prévu une réduction de 63% (de 301 millions d'euros en 2011 à 111 millions cette année) des aides au secteur minier, subventionné par l'Etat.

En pleine restructuration depuis les années 1990, les mines de charbon espagnoles ont progressivement fermé, avec à la clef une réduction de plus de 40.000 emplois directs en 20 ans, et une production réduite à quelque 10.000 tonnes en 2011.

(AFP)

Votre opinion