01.01.2020 à 07:30

SuisseMilliers de personnes dans les rues pour fêter 2020

A Zurich et Bâle, les célébrations du Nouvel An ont été repensées pour des raisons environnementales. Des milliers de personnes ont fait la fête à Genève.

1 / 5
A Lausanne, les fêtards ont pu admirer la cathédrale en feu.

A Lausanne, les fêtards ont pu admirer la cathédrale en feu.

Keystone
La Ville de Genève a organisé une grande fête populaire gratuite sur le quai du Mont-Blanc.

La Ville de Genève a organisé une grande fête populaire gratuite sur le quai du Mont-Blanc.

Keystone
La Ville de Genève a organisé une grande fête populaire gratuite sur le quai du Mont-Blanc.

La Ville de Genève a organisé une grande fête populaire gratuite sur le quai du Mont-Blanc.

Keystone

Bonne année! Entre feux d'artifice et concerts de cloches, des milliers de personnes ont accueilli 2020 dans les rues des grandes villes suisses. A Zurich et Bâle, les célébrations du Nouvel An ont été repensées pour des raisons environnementales.

La Ville de Genève a organisé une grande fête populaire gratuite sur le quai du Mont-Blanc. Dans une ambiance bon enfant, des milliers de personnes se sont réunies au bord du lac Léman pour célébrer la nouvelle année, tandis qu'un feu d'artifice illuminait la rade. La programmation des nombreux concerts de la soirée, articulée autour de trois scènes musicales - Bruxelles, Genève, Londres - a été confiée à trois femmes.

A Lausanne, la Cathédrale de la ville s'est embrasée pour célébrer l'entrée dans la nouvelle année. Et ceux qui souhaitaient sauter le pas en dansant ont pu se trémousser dans le cadre de la silent disco organisée par Bô Noël en sept points de la capitale vaudoise.

Gestes pour le climat

De l'autre côté du pays, à Zurich, environ 150'000 visiteurs bien emmitouflés ont fêté le début de la nouvelle année en contemplant un feu d'artifice tiré au-dessus du lac alors que la température avoisinait zéro degré. La manifestation s'est déroulée dans le calme, ont indiqué les organisateurs à Keystone-ATS.

L'événement est par ailleurs «pour la première fois climatiquement neutre». Ainsi, le total des émissions de CO2 et l'empreinte écologique du festival seront dument calculés puis le montant correspondant à leur compensation devrait être reversé un projet visant à réduire l'utilisation du bois de chauffage au Rwanda. La mesure doit contribuer à protéger l'habitat des animaux et la santé des habitants.

Dans un souci climatique, Bâle a aussi décidé de raccourcir de 5 minutes son spectacle pyrotechnique afin de réduire la pollution aux poussières fines. Les feux d'artifice ne sont pas sans controverse en raison de leur impact sur l'environnement. Selon les informations de l'administration bâloise, le spectacle représente 2 à 3 % de la pollution par les poussières fines mesurée sur l'année. Les autorités ne voulaient toutefois pas faire l'impasse sur la manifestation qui suscite toujours beaucoup d'enthousiasme, ont-elles indiqué.

Cloches bernoises et drones grisons

A Berne, des milliers de personnes se sont rassemblées sur la Münsterplatz peu avant minuit - équipées de bouteilles et de verres à champagne - afin d'être prêtes à déboucher les mousseux à l'heure fatidique tout en écoutant le traditionnel concert de cloches.

Lugano aussi a vécu une soirée festive où tout autant de personnes se sont rassemblées pour passer le cap de la nouvelle année sur la Piazza della Riforma transformée pour l'occasion en une véritable discothèque en plein air.

A Lucerne, il faudra attendre le 1er janvier pour assister au spectacle qui marque l'entrée dans la nouvelle année. Tout comme à Saint-Moritz (GR) qui renonce cette année à tirer des feux d'artifice au-dessus de son lac. La commune présentera à la place un spectacle animé par cent drones dont une partie a été spécialement conçue pour la station grisonne.

Dans le canton de Berne, le «Büre Nöijohr» de Büren an der Aare, l’un des premiers carnavals de Suisse, a commencé avec le "Chesslete" à 05h01 du matin. Ce 1er janvier, ils étaient 26 participants à défiler dans le village bernois. Ils ont fait du bruit avec des cloches ou d’autres ustensiles. Les carnavaliers se sont ensuite rendus dans un restaurant de la vieille ville pour manger la soupe de farine. Le carnaval atteint son point culminant le 2 janvier, lors du jour de la Saint-Berthold: on boute le feu à un bonhomme de paille, le "Nimmerseelig", dans la vieille ville.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!