États-Unis - Minneapolis tente de rouvrir le carrefour où est mort George Floyd
Publié

États-UnisMinneapolis tente de rouvrir le carrefour où est mort George Floyd

Plus d’un an après le décès de George Floyd, la ville de Minneapolis espérait, jeudi, rouvrir aux autos le carrefour où l’Afro-Américain a été tué par un policier. Une tâche compliquée.

Des militants antiracistes occupant, depuis plus d’un an, le lieu où George Floyd a été tué tentaient, jeudi, d’empêcher sa réouverture.

Des militants antiracistes occupant, depuis plus d’un an, le lieu où George Floyd a été tué tentaient, jeudi, d’empêcher sa réouverture.

AFP

La ville de Minneapolis tentait, jeudi, de rouvrir à la circulation l’intersection où est mort l’Afro-Américain George Floyd, devenue un lieu de mémoire, mais aussi une zone de non-droit régulièrement entachée de violences.

Arrivés avant le lever du jour, des employés municipaux de la métropole du nord des États-Unis ont retiré des blocs de béton qui bloquaient les accès du carrefour, où le quadragénaire noir a succombé sous le genou d’un policier blanc, le 25 mai 2020. Ils ont également installé des panneaux de circulation pour créer un rond-point autour d’une statue d’un énorme poing levé, érigée au centre de ce qui a été rebaptisé le «square George Floyd».

Un lieu de recueillement

Une association de riverains aidait à désamorcer les tensions avec des militants antiracistes qui, depuis plus d’un an, occupent les lieux et tentaient d’empêcher leur réouverture. Ces derniers conditionnent l’évacuation du carrefour à l’adoption de réformes de la police, sous le slogan «pas de justice, pas de rue».

Symbole des tensions qui traversent l’Amérique, le site est devenu un lieu de recueillement et de débats, avec de nombreuses peintures murales, un jardin communautaire et d’autres installations. Mais c’est aussi une zone de non-droit où la police n’est pas la bienvenue. Les coups de feu y sont fréquents, surtout la nuit, et ont fait une dizaine de morts ou de blessés dans les environs en un an, selon les forces de l’ordre.

«Préserver» les œuvres d’art

La police n’est pas associée à l’opération de nettoyage, a précisé son porte-parole, John Elder. La ville «fait très attention à préserver les œuvres artistiques et les objets» déposés en mémoire de George Floyd, a, de son côté, souligné une représentante de la mairie, Sarah McKenzie. Les autorités ont toujours voulu rouvrir le carrefour, mais ont attendu la fin du procès du policier blanc Derek Chauvin, qui, en avril, a été reconnu coupable du meurtre de George Floyd.

Pour aider le quartier à rebondir, la famille Floyd a prévu de financer à hauteur d’un demi-million de dollars des acteurs économiques ou associatifs locaux, sur les 27 millions de dollars de dommages et intérêts que la mairie s’est engagée à lui verser.

(AFP)

Votre opinion