Genève: Mis en cause par un audit, Pierre Maudet porte plainte
Publié

GenèveMis en cause par un audit, Pierre Maudet porte plainte

Le conseiller d’État genevois Pierre Maudet a déposé une plainte contre l’autrice de l’audit des ressources humaines et contre X.

Pierre Maudet regrette de n’avoir pas pu répondre à des accusations sur des faits avérés et documentés «parce qu’il n’y avait aucun procès-verbal».

Pierre Maudet regrette de n’avoir pas pu répondre à des accusations sur des faits avérés et documentés «parce qu’il n’y avait aucun procès-verbal».

KEYSTONE

Le conseiller d’État genevois Pierre Maudet n’accepte pas d’avoir été privé de son Département du développement économique par ses collègues du gouvernement sur la base d’un rapport de diagnostic des ressources humaines qui «bafoue», à ses yeux, «des règles élémentaires de droit». Il a annoncé mercredi, dans une interview accordée à l’hebdomadaire «GHI», avoir porté plainte pour diffamation contre l’autrice de l’audit et contre X.

«Ce rapport est une accumulation de citations anonymes qui ne sont basées sur aucun élément factuel», souligne Pierre Maudet. «On ne sait pas les questions que la consultante a posées, comment elle a orienté ses entretiens.» Le magistrat déplore qu’en «gros, on dénonce sans apporter aucune preuve tangible».

Pierre Maudet regrette de n’avoir pas pu répondre à des accusations sur des faits avérés et documentés «parce qu’il n’y avait aucun procès-verbal». Le conseiller d’État estime que le rapport contient pourtant «des allégations graves», dont certaines relèvent «de la diffamation, voire de l’insulte».

Selon le Conseil d’État genevois, l’audit mentionnait la grande souffrance au travail de certains collaborateurs au sein du Département du développement économique (DDE) et mettait directement en cause Pierre Maudet. Des personnes auraient parlé d’attenter à leurs jours, voire de s’en prendre au conseiller d’État.

Aucune plainte en treize ans

«Je ne nie pas que je suis exigeant, que je ne sais pas toujours dire merci, mais je n’ai jamais commis de mobbing ni reçu aucune plainte en treize ans de magistrature», indique M. Maudet à «GHI». «Étonnamment, le seul haut cadre qui était sous certificat médical est revenu miraculeusement deux jours après ma mise à l’écart», précise-t-il.

Le gouvernement genevois, après ce premier diagnostic qu’il a qualifié d’alarmant, vient de commander un deuxième rapport sur le fonctionnement du DDE à l’ancien juge fédéral Jean Fonjallaz. Pour Pierre Maudet, en prenant cette décision, ses collègues du Conseil d’État «reconnaissent implicitement que le premier rapport était bâclé et hors des clous».

Démissionnaire, Pierre Maudet s’est porté candidat à sa succession à l’élection complémentaire du Conseil d’État genevois, dont le premier tour se tiendra au début du mois de mars. Il sera dans la course en tant qu’indépendant. Le magistrat a en effet été exclu du PLR Genève.

Avant cette échéance électorale, Pierre Maudet devra affronter son procès devant le Tribunal de police, mi-février. Le conseiller d’État est accusé d’acceptation d’avantages pour un voyage controversé qu’il a effectué à Abu Dhabi, en 2015, en compagnie de sa famille et de son ancien chef de cabinet.

(ATS/NXP)

Votre opinion