Hommage: Mischa Aznavour: «Je ne saurais te dire adieu, mon père»

Actualisé

HommageMischa Aznavour: «Je ne saurais te dire adieu, mon père»

Un des fils de Charles Aznavour brise le silence. Il a réagi à la disparition de son père qu'il ne réalise toujours pas.

par
Fabio dell'Anna
1 / 37
De g. à dr. Mischa, son fils, Ulla, son épouse, Nicolas, son fils,  Jean-Rachid, son gendre, Leila, sa petite-fille et Katia, sa fille.

De g. à dr. Mischa, son fils, Ulla, son épouse, Nicolas, son fils, Jean-Rachid, son gendre, Leila, sa petite-fille et Katia, sa fille.

Lionel Flusin
Charles Aznavour durant le 24e Festival de Paléo, le 23 juillet 1999.

Charles Aznavour durant le 24e Festival de Paléo, le 23 juillet 1999.

KEYSTONE/Patrick Aviolat, AFP
Charles Aznavour était considéré comme le dernier des géants de la chanson française. Il s'est éteint dans la nuit de dimanche à lundi 1er octobre 2018 à l'âge de 94 ans à son domicile dans les Alpilles (sud de la France).

Charles Aznavour était considéré comme le dernier des géants de la chanson française. Il s'est éteint dans la nuit de dimanche à lundi 1er octobre 2018 à l'âge de 94 ans à son domicile dans les Alpilles (sud de la France).

AFP

La famille n'avait pas encore parlé du décès de Charles Aznavour. C'est désormais chose faite. «Paris Match» consacre une édition spéciale à Charles Aznavour. Entre images d'archives et un retour sur son carrière, le magazine a mis en lumière une déclaration de Mischa, le fils cadet né de l'union entre le chanteur et Ulla Thorsell.

Encore sous le choc de la mort de son père, l'homme de 47 ans a écrit un texte bouleversant à son père pour décrire sa peine. «Tout semble irréel. Me voilà orphelin, semi-orphelin. C'est étrange comme ce que l'on ne cesse de redouter prend soudain une saveur âpre lorsque cette crainte vous frappe en plein cœur. D'un instant à l'autre tout est différent», confie-t-il.

Il n'a pas encore pleuré

Le frère de Katia, 49 ans, et Nicolas, 41 ans, a indiqué qu'il n'avait pas encore pleuré depuis l'annonce choc. Il a poursuivi: «Les larmes restent prisonnières, quelque part, dans le flot tiède de mes veines, dans le dédale de mon esprit. J'entends des pleurs, de la tristesse. Et moi, au milieu de ces maux, je suis comme un étranger. Je suis dans un état lunaire. Peut-être que, si je pleurais, tu disparaîtrais à jamais… Garder ma peine, ce flot de larmes, peut-être est-ce une manière de te garder encore un peu près de moi? Si les larmes ne jaillissent pas de la source de mon cœur, c'est que tu es pour toujours auprès de moi.»

Il termine son message par une phrase remplie d'émotion où il lui dit qu'il ne l'oubliera jamais: « Je ne saurais te dire adieu, mon père, adieu mon ange, mon amour. Puisque je suis fait de ta propre poussière, tu voyages en chacune de mes pensées. Tout en moi n'est qu'amour de toi. Et l'amour ne meurt jamais.»

Ton opinion