Révélations: Miss France: Sourde, une ex-candidate vide son sac
Publié

RévélationsMiss France: Sourde, une ex-candidate vide son sac

Discriminée lors de Miss France 2007, Sophie Vouzelaud se confie, douze ans après, sur le concours et évoque son handicap.

par
J.Z.
1 / 8
En 2007, Sophie Vouzelaud aurait pu devenir la première Miss France atteinte de surdité.

En 2007, Sophie Vouzelaud aurait pu devenir la première Miss France atteinte de surdité.

AFP
Mais son handicap avait pesé dans la balance du jury.

Mais son handicap avait pesé dans la balance du jury.

AFP
Le jury lui avait préféré Rachel Legrain-Trapani (à d.), l'actuelle compagne du footballeur Benjamin Pavard.

Le jury lui avait préféré Rachel Legrain-Trapani (à d.), l'actuelle compagne du footballeur Benjamin Pavard.

AFP

En 2007, elle était passée à deux doigts de devenir la première Miss France atteinte de surdité. Mais le jury en avait décidé autrement, et Sophie Vouzelaud n'a terminé «que» première dauphine, alors qu'elle avait pourtant le plébiscite du public.

En lisant sur les lèvres du blogueur Sam Zirah, l'ex-candidate est revenue, lors d'une interview, sur le concours et sur les discriminations qu'elle y a subies. «Il y avait deux miss par chambre, se souvient-elle. Moi je dormais avec une miss et je lui ai demandé si c'était possible de me réveiller le matin en me tapant sur l'épaule, comme je ne peux pas entendre le réveil. Elle m'avait répondu: 'non, non débrouille-toi'.»

Pour Sophie Vouzelaud, le contact avec les autres miss de l'époque a ainsi été particulièrement difficile, l'ex-candidate essuyant régulièrement des moqueries de la part de ces dernières. «C'était très dur pour moi parce que j'étais toute seule, j'étais la seule sourde avec les autres miss. Elles se sont moquées de moi, car ma voix n'est pas comme les autres.»

Celle qui est aujourd'hui mannequin a également vécu des situations compliquées avec les équipes techniques du concours, comme lorsqu'elle avait voulu s'emparer du micro de Jean-Pierre Foucault pour s'exprimer avec sa voix plutôt qu'en langue des signes et qu'on a tenté de l'en dissuader.

Lors des fameux interviews des miss, Sophie Vouzelaud avait ainsi voulu prendre la parole, mais son interprète, qui ne la comprenait pas, lui explique que «sa voix n'est pas adaptée». «Moi ça m'a blessée, parce que mon combat c'est de parler. Ma famille s'est beaucoup battue pour que j'apprenne à parler. Je voulais que les gens sachent pourquoi j'étais là.» Constatant que l'interprète ne parvenait pas à traduire ses signes, l'ex-candidate demande alors à Jean-Pierre Foucault de pouvoir s'exprimer oralement. «Il m'a passé le micro, ça a été un grand soulagement pour moi.»

Une deuxième place contestée

Le résultat final du concours Miss France a également été un épisode difficile pour Sophie Vouzelaud. Puisqu'avant le vote du jury, l'ex-candidate avait suscité le plébiscite des téléspectateurs (12,25 % des voix contre 4,5% pour Rachel Legrain-Trapani). «Ça m'a touchée que les gens votent pour moi: ils avaient confiance, ils n'avaient pas peur de ma surdité.»

Malheureusement, le jury n'a pas décidé de suivre l'avis du public, préférant élire sa concurrente (à l'époque, la répartition était à à 35% pour le public et 65% pour le jury). «Pourquoi on m'a mis en deuxième place?, s'interroge-t-elle douze ans après. C'est ça que je n'ai pas trop compris. Et puis il y a une femme, qui fait partie du comité Miss France, qui a dit que c'était pour 'me protéger'. Mais me protéger de quoi?? Peut-être que c'était une excuse ou alors ils avaient peur de moi. Ils n'avaient pas confiance en moi par rapport à ma surdité.» Et d'ajouter: «S'il y avait eu les réseaux sociaux comme aujourd'hui en 2007, il y aurait eu un scandale.»

Malgré ce résultat, Sophie Vouzelaud s'est satisfaite de sa place de première dauphine. Et son parcours a également eu le mérite de faire évoluer les mœurs du concours, puisque l'année suivante, la répartition des votes du jury et du public s'est faite à parts égales.

Votre opinion