Mladjan: «J'attends l'ambiance des grands soirs»

Publié

Mladjan: «J'attends l'ambiance des grands soirs»

Fribourg Olympic peut se rapprocher de la Ligue des champions ce soir à Saint-Léonard face à Groningue (20h). «Ce serait énorme», se projette Dusan Mladjan.

par
Mathieu Aeschmann
Fribourg
Dusan Mladjan (à dr., ici face à l'Américain de Saratov Perrin Buford) et Fribourg Olympic vivent une vraie Odyssée à travers l'Europe.

Dusan Mladjan (à dr., ici face à l'Américain de Saratov Perrin Buford) et Fribourg Olympic vivent une vraie Odyssée à travers l'Europe.

Keystone

S'il maintient ce soir le Dorna Groningue à distance (72-67 à l'aller), Fribourg Olympic ne sera plus qu'à quatre-vingts minutes d'un exploit retentissant: une qualification pour la Champions League.

«Ce serait énorme, sourit Dusan Mladjan. Déjà parce qu'il fallait battre les Russes (Saratov). Là, on défie quand même le champion hollandais. Et puis, il resterait un aller-retour contre les Turcs de Buyuksehir, une très belle équipe.» Faites le compte: pour rêver en grand, les Fribourgeois devront s'extraire d'une Odyssée à travers l'Europe. Six matches en quinze jours, des avions à booker à la dernière minute, des nuits d'hôtels improvisées, les yeux qui brillent et des jambes lourdes.

«C'est clair que l'on est un peu fatigué, reconnaît la gâchette du champion de Suisse. Mais notre motivation de réussir un grand truc dans cette Coupe d'Europe compense largement.» Une motivation sans doute nourrie par la solidarité d'un groupe toujours plus soudé au fil des aventures.

Ainsi, la plupart de l'effectif n'a pu rentrer à Fribourg entre le déplacement à Saratov et celui à Groningue. Un contretemps devenu facteur de cohésion. «Un double déplacement, c'est excellent pour l'esprit d'équipe, confirme Dusan Mladjan. On vit ensemble 24 heures sur 24. Tu partages la vie quotidienne de tes coéquipiers, repas, hôtel, sorties; cela fait du bien à la vie du groupe. Et puis, il y a l'expérience en elle-même. C'est très enrichissant de traverser l'Europe pour défier des équipes de cette qualité.»

«Comme si on avait fait match nul»

Pour que cette parenthèse frénétique se prolonge, Fribourg Olympic peut se permettre de perdre de quatre points, ce soir face au Dorna Groningue. Mais cinq points d'avance, est-ce un matelas assez confortable pour gérer le match et ses efforts? «Cinq points arrachés à l'extérieur, c'est un bon résultat. L'avantage est réel. Mais il ne doit pas avoir une influence sur notre mentalité. On devra entrer sur le parquet avec l'idée que nous avons fait match nul. Il faudra jouer pour la victoire.»

Un objectif que les Fribourgeois comptent bien atteindre grâce au soutien d'une salle Saint-Léonard chaude bouillante. «Il y a vraiment un truc qui se passe. Alors j'attends le public des grands soirs, se projette Dusan Mladjan. Je crois que le club, pour tout ce qu'il a fait ces dernières années, mérite un gros soutien. Et notre équipe, pour ce qu'elle est en train de réaliser, mérite une grosse ambiance. A Groningue, il y avait 3500 spectateurs. Je pense que Fribourg peut réunir au moins 2000 personnes pour ce match retour.» Le champion de suisse mériterait au moins ça.

Ton opinion