Justice: Mobilisation de stars en France pour la mère de Camille

Actualisé

JusticeMobilisation de stars en France pour la mère de Camille

À l’occasion du procès en appel de la mère de Camille, qui s’était cachée en Suisse romande, un comité de soutien a été formé avec Bruno Solo, Mimie Mathy ou Lio pour demander son acquittement.

par
Eric Felley
La petite Camille enfant avait disparu avec sa mère en 2011. Retrouvée en 2022, elle a été placée en Suisse.

La petite Camille enfant avait disparu avec sa mère en 2011. Retrouvée en 2022, elle a été placée en Suisse.

DR

Disparue avec sa fille en 2011 en France, retrouvée lors d’un contrôle routier à Morges à fin février dernier et extradée en France, la mère de Camille a été condamnée en septembre à 5 ans de prison par un tribunal de Toulon. Celui-ci a prononcé les mêmes peines qu’en 2015 et 2016, alors qu’elle était en fuite notamment en Suisse: deux ans de prison pour dénonciation calomnieuse et trois ans de prison pour non-représentation de son enfant.

Six à sept ans en Suisse

Rappelons que cette habitante du Var, âgée de 48 ans, s’était séparée en 2008 du père de sa fille Camille. Cela a provoqué un divorce douloureux et une âpre bataille pour la garde de l’enfant. En 2011, la mère avait porté plainte contre son ex-mari pour agression sexuelle et viol sur la petite Camille. Mais, après diverses expertises, cette plainte a été classée. La mère et la fille avaient alors disparu sans laisser de trace. En son absence elle avait été condamnée. En février dernier, elle était retrouvée au hasard d’un contrôle de police. La mère et la fille, aujourd’hui âgée de 17 ans, vivaient en Suisse depuis six à sept ans. La mère a été extradée au mois d’août et la fille placée sous curatelle en Suisse. Elle ne veut pas voir son père.

Une mère manipulatrice?

En juin, selon le site 20minutes.fr, le procès a été particulièrement tendu. Le représentant du ministère public avait appelé à la condamnation «d’une mère manipulatrice, qui a ourdi un complot contre le père», écartant la thèse de la défense d’«une mère simplement inquiète, qui a tenté de protéger son enfant». Le tribunal a accordé au père 25 000 euros de dédommagement au titre du préjudice subi. Cette décision a été aussitôt attaquée par la mère et son avocate.

«Elle n’a fait que protéger son enfant»

Depuis, la mère peut compter sur un comité de soutien inédit. Il est présidé par la comédienne Éva Darlan. On y retrouve des stars françaises: Bruno Solo, Mimie Mathy, Audrey Pulvar, Lio et la comédienne Andréa Bescond. Cette dernière est connue pour son film «Les Chatouilles», qui évoque les violences sexuelles subies durant son enfance. Dans un communiqué de presse diffusé à l’occasion du procès en appel, ce comité demande que la mère soit relaxée: «au nom de l’humanité, car elle n’a fait que protéger son enfant. »

Plainte en Suisse pour violences sexuelles

Le comité de soutien constate: «La justice n’a pas cru en la parole de la mère, pas plus qu’en celle de sa fille qui maintient ses déclarations. Si la présomption d’innocence a été appliquée concernant le père, le principe de précaution qui protège un enfant de son éventuel agresseur n’a pas, lui, été appliqué. » Le site «20minutes.fr» a appris que, le 18 novembre dernier, Camille a porté plainte contre son père auprès de la justice suisse «pour violences psychologiques, physiques et sexuelles». Depuis l’arrestation de sa mère, Camille a été placée sous curatelle avec une identité confidentielle. Elle n’a pas pu voir sa mère depuis son arrestation, mais elles peuvent communiquer par téléphone.

Quant au père, âgé de 74 ans, et son avocat, ils espèrent que ce procès en appel confirmera le jugement du mois de septembre. Mais ce dernier ne se fait pas d’illusion: «On sait qu’il ne reverra plus jamais cette enfant qui est complètement aliénée par sa mère».

Ton opinion