Cinéma: Molly Ringwald réévalue ses films à l'aune de #MeToo
Actualisé

CinémaMolly Ringwald réévalue ses films à l'aune de #MeToo

L'actrice a revu notamment «The Breakfast Club», un classique de 1985. Pour elle, ça ne passe plus.

par
Cover Media
Molly Ringwald (à g.) en 1985 dans «The Breakfast Club», un classique des films sur l'adolescence.

Molly Ringwald (à g.) en 1985 dans «The Breakfast Club», un classique des films sur l'adolescence.

Alors qu'elle a tourné dans le film «The Breakfast Club» en 1985, Molly Ringwald est devenue beaucoup plus circonspecte après l'avoir vu une seconde fois en compagnie de sa fille.

Le film signé John Hughes raconte l'histoire de 5 jeunes obligés de passer le samedi en colle. Il est considéré comme un indémodable classique. Mais pour l'actrice, le film ne pourrait plus sortir aujourd'hui , surtout après le mouvement #MeToo.

«J'ai eu peur que ma fille trouve certains aspects du film troublants, raconte-t-elle sur Twitter. Mais je ne m'attendais pas à ce que ça soit moi qui soit le plus troublée. A un moment, le personnage de bad-boy John Bender va sous la table de mon personnage pour se cacher d'un prof. Pendant qu'il est en dessous, il en profite pour regarder sous ma jupe et même si le public ne le voit pas, il la touche de manière inappropriée.» L'actrice en a aussi profité pour critiquer «Sixteen Candles», un autre film dans lequel elle apparaît et qui, également, est devenu contraire à ses standards. Dans ce film de 1984, un garçon donne sa petite copine à moitié endormi par l'alcool à une autre homme en échange d'une petite culotte appartenant au personnage de Molly Ringwald. Il s'agissait aussi d'un film de John Hughes, son premier.

Le réalisateur qui est mort en 2009 à l'age de 59 ans ne peut que se retourner dans sa tombe.

Votre opinion