Pédophilie: «Mon client dépecé de son innocence et de son âme»
Publié

Pédophilie«Mon client dépecé de son innocence et de son âme»

À Sion, les avocats des garçons violés ont raconté les parcours des victimes de l'ex-policier dont le procès se tient actuellement.

Le procès se déroulera du 21 au 22 mars au tribunal de Sion.

Le procès se déroulera du 21 au 22 mars au tribunal de Sion.

archives, Keystone

Les avocats des victimes ont mis en évidence la souffrance de leurs clients lors du procès d'un ex-policier pédophile lundi devant le tribunal de district de Sion. Plusieurs ont demandé une mesure d'internement.

«Mon client a été dépecé de son innocence, de son âme, de son être», a déclaré l'un des avocats. Le prévenu a abusé sexuellement à de multiples reprises d'au moins 18 garçons de 7 à 15 ans. «Il a commis ces abjections durant 16 ans».

Les avocats ont tous raconté une même histoire. L'accusé s'en est pris à des enfants vivant dans un milieu familial fragile, famille recomposée ou monoparentale. Il se liait d'amitié avec les parents, puis avec les enfants grâce à son poste d'entraîneur de football.

Relations de confiance

Son emploi de policier incitait à la confiance. Il était devenu le parrain de confirmation de certains enfants, ou l'ami intime de certains parents. L'accusé invitait les enfants à dormir chez lui. La soirée se passait devant la télé avec des premiers attouchements.

Souvent les victimes dormaient dans le lit de l'accusé qui profitait de leur sommeil pour d'autres attouchements allant parfois jusqu'à des pénétrations. Il interrompait ses actes lorsque l'enfant se réveillait.

Les avocats évoquent des victimes refermées sur elles-mêmes, ayant des difficultés à parler des traumatismes subis. Ils décrivent un accusé sans repentir sincère. Lors de l'enquête, il a commencé par nier, puis a minimisé ses actes. Il a même prétendu que les enfants le voulaient. Et au final, il n'a avoué qu'à moitié.

Victimes encore traumatisées

Seules trois victimes ont assisté à l'audience. Toutes les autres ont renoncé. Le traumatisme est trop grand, les victimes ont craqué, elles se sentent coupables, elles n'ont pas eu la force d'assister au procès, ont expliqué les avocats.

La peine requise par les victimes ne doit pas être exemplaire, mais juste, ont déclaré plusieurs avocats. La quotité de la peine demandée est évaluée entre 10 et 15 ans de prison, assortie d'une mesure d'internement.

(ats)

Votre opinion