03.05.2018 à 07:10

Technologie«Mon iPhone me donne des nausées»

Des utilisateurs du dernier smartphone d’Apple se plaignent de forts maux de tête. Ils pointent du doigt les nouveautés des écrans dernier cri du modèle de luxe.

par
Yannick Weber
Sur le Web, des internautes se plaignent de maux de tête depuis que leur smartphone est doté d’un écran OLED.

Sur le Web, des internautes se plaignent de maux de tête depuis que leur smartphone est doté d’un écran OLED.

Le Matin/Sébastien Anex

Le marketing qui accompagne l’iPhone X, arrivé sur le marché en novembre dernier, est limpide: «Nous avons toujours rêvé de créer un iPhone qui ne soit qu’écran, si intelligent qu’il réponde à un geste, à la voix… et même à un regard.» Mais son regard, il en est un qui l’a bien vite détourné de l’écran de son appareil. David, un Fribourgeois, s’est en effet rapidement plaint de migraines, caractérisées par une douleur forte derrière un œil. «Au début, je n’ai pas fait le rapprochement. Mais assez vite, je me suis rendu compte que les douleurs apparaissaient après environ 20 minutes d’utilisation», remarque-t-il.

«La fête au village»

Après quelques recherches sur le Net, David remarque que l’iPhone X est le premier modèle d’Apple à comprendre un écran OLED, qui pousse encore plus loin la technologie LED. D’emblée, il fait le lien. «Cela ne m’était jamais arrivé avec mes précédents téléphones, je doute donc que ça vienne de moi. D’autant que si on tape «OLED» et «migraine» sur Google, c’est la fête au village», ironise-t-il. Il a alors contacté le service client d’Apple.

Lors du chat avec un conseiller, il a pu recevoir une réponse personnalisée. «En soi, ce n’est pas l’iPhone qui a un problème, mais plutôt votre sensibilité à l’affichage de l’appareil. Je n’ai personnellement aucun souci avec le mien», explique l’employé. Il lui propose de faire des modifications dans les réglages: par exemple avec un filtre bleu ou jaune, dans l’hypothèse «d’une sensibilité supérieure à la moyenne à certains filtres». «Comment faire pour trouver le bon réglage?» s’interroge David. Réponse laconique: «En essayant.» Le Fribourgeois décide dès lors d’éteindre son téléphone et de revenir à son ancien modèle.

Il poursuit ses recherches d’explications sur des sites et forums spécialisés. Nombreux sont ceux à pointer du doigt une nouveauté technologique introduite par Apple sur son dernier smartphone, nécessaire avec l’écran OLED (lire encadré). Celle-ci provoque des clignotements à haute fréquence (en anglais flicker), imperceptibles à l’œil nu, auxquels certains utilisateurs réagissent mal.

«Les personnes à tendance migraineuse semblent être plus sensibles au flicker que les autres. Mais il n’est pas établi si un lien existe avec cet écran», note Irmela Mantel, ophtalmologue. De manière plus générale, elle rappelle aussi que le lien de cause à effet entre l’utilisation intensive des écrans et les dégâts ophtalmiques relève du domaine spéculatif. «Il n’y a rien de très solide à ce sujet. Nous n’avons pas constaté d’augmentation de consultations de personnes suspectant des problèmes issus de l’utilisation d’écrans», précise-t-elle.

Samsung aussi

Sollicité pour commenter le cas et indiquer si d’autres signalements ont été rapportés, Apple nous a succinctement renvoyés vers la fiche technique de l’écran OLED de l’iPhone X sur son site Web. Cela dit, la marque américaine n’est de loin pas seule à utiliser cette technologie. La plupart des smartphones de Samsung, ainsi qu’un grand nombre d’ordinateurs portables de toutes marques, la proposent également. Le doute demeurant, l’iPhone flambant neuf de David risque de continuer son séjour dans le placard.

Fréquences infernales

Plusieurs internautes dénoncent la «modulation de largeur d’impulsion», apparue dans l’iPhone X, mais déjà présente sur les écrans LCD. Derrière ce terme obscur, une technique liée au rétroéclairage de l’écran pour en réguler la luminosité. Ce rétroéclairage s’allume et s’éteint à fréquence très rapide, créant un scintillement ou clignotement (flicker), normalement imperceptible à l’œil nu. Et de moins en moins à mesure que la fréquence est élevée. Selon certains sites spécialisés, maux de tête et fatigue oculaire peuvent en résulter. Si la fréquence du scintillement est trop faible, l’œil a le temps de le percevoir, causant de multiples et rapides extensions et contractions de la pupille.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!