Publié

HandballMondial-2013 messieurs - Quarts de finale: une affaire d'Européens

Une nouvelle fois, les quarts de finale d'un Mondial messieurs de handball, mercredi en Espagne, mettent aux prises des nations uniquement européennes, toutes habituées à truster les récompenses, hormis la Slovénie.

Depuis 1993 et le passage à un Mondial biennal, aucune nation non européenne n'est jamais montée sur un podium. Les huit pays représentés en quarts ont remporté 11 des 22 titres mondiaux décernés. Parmi eux, la France est le pays le plus titré (1995, 2001, 2009 et 2011), devant l'Allemagne (1938, 1978 et 2007). Seuls le Danemark, la Hongrie et la Slovénie n'ont jamais été sacrés. Mais les deux premiers ont déjà été vice-champions du monde. Ces quarts offrent d'abord un choc monumental entre la France, double tenante du titre, et la Croatie. Les Français ont pour eux leur expérience et leur aura. Ils n'ont plus perdu face aux Croates dans un match à élimination directe depuis la demi-finale de l'Euro-2008 en Suisse. Les quatre derniers grands rendez-vous entre ces deux équipes, en demi-finale des JO-2008, en finale du Mondial-2009, en finale de l'Euro-2010 et en demi-finale des JO-2012 ont souri aux Français. Mais la France a commencé à ressentir l'usure du temps dans ce Mondial. Les Croates, eux, sont invaincus, après avoir écarté l'Espagne en poules (27-25), puis réduit en poussière le Belarus (33-24) en 8e de finale. L'Allemagne, dont c'est le retour à la lumière après plusieurs années noires couronnées par la non-qualification pour les JO de Londres, tentera de faire tomber l'Espagne sur son sol. Cela risque d'être compliqué car le handball espagnol, ravagé par la crise économique, veut montrer qu'il reste une référence mondiale. L'équipe de Valero Rivera a lancé un avertissement sérieux en écrasant (31-20) en 8e de finale la Serbie, vice-championne d'Europe. Le Danemark, champion d'Europe en titre et finaliste du Mondial-2011, sera favori contre la Hongrie, 4e des JO de Londres. Les Danois de Mikkel Hansen, le meilleur joueur du monde 2011, se sont baladés jusque-là. Mais Laszlo Nagy et ses coéquipiers sont difficiles à jouer. La Slovénie a déjà amélioré son meilleur résultat dans un Mondial (10e en 2007). Mais avec son équipe jeune et enthousiaste, elle a tout à fait de quoi gêner la Russie, qui elle aussi réapparaît après avoir fini 16e en 2009 et avoir été absente en 2011. Le programme (GMT): A Saragosse: (18h00) Espagne - Allemagne (20h30) France - Croatie A Barcelone: (17h15) Russie - Slovénie (19hH45) Danemark - Hongrie cyb/gv

(AFP)

Votre opinion