Publié

FootballMondial-2014 - Andy Najar, le sans-papiers devenu étoile montante du Honduras (ENCADRE-DOSSIER)

Tegucigalpa, 23 mai 2014 (AFP) - Andy Najar, l'ailier droit d'Anderlecht, a connu les affres de la vie clandestine aux Etats-Unis avant que son talent balle au pied permette à ce jeune Hondurien d'éclore en MLS puis de rejoindre l'élite européenne l'année dernière.

Né en 1993 à Santa Cruz de Marcovia, village de pêcheurs de la côte Pacifique, Andy Najar entreprend à 13 ans le périlleux voyage effectué chaque année par des dizaines de milliers de Centraméricains sans-papiers vers les Etats-Unis. Après un périple de deux semaines, il parvient à rejoindre ses parents à Alexandria, en Virginie, où il se contente de jouer dans son quartier avant d'être repéré par les recruteurs du centre de formation de DC United (MLS). En 2010, sa carrière décolle brusquement avec une signature en professionnels, suivie la même année d'un titre de meilleur "rookie" (débutant) du championnat américain. Deux ans plus tard, alors que la fédération américaine lui fait les yeux doux, il opte pour la sélection hondurienne. Avec les "Catrachos" (surnom de la sélection inspiré de l'ethnie indienne locale), il atteint les quarts de finale des jeux Olympiques 2012. Pour l'actuel sélectionneur colombien Luis Fernando Suarez, un brillant avenir est promis à ce jeune ailier de 1,71 m, précis, rapide et pétri de talent. "C'est le joueur le plus jeune de la sélection (...) il progresse énormément (...) son avenir est plein de promesses", déclarait récemment le technicien. En janvier 2013, la pépite hondurienne est tranférée à Anderlecht (Belgique), où ses dribbles et ses passes au cordeau le rendent rapidement indispensable. Cette année, le club a remporté le championnat de Belgique, se qualifiant ainsi directement pour la phase de poules de la prochaine Ligue des champions. En avril, il prolonge avec son club jusqu'en 2018 et les experts le voient rapidement franchir de nouveaux paliers. Najar "est un joueur qui provoque, qui déséquilibre, il a acquis un haut niveau technique et une grande force", explique à l'AFP Jose de la Paz Herrera Ucles, l'homme qui a mené le Honduras à sa première Coupe du monde, en Espagne (1982). Depuis, ce petit pays d'à peine huit millions d'habitants a aussi participé à la Coupe du monde 2010, mais sans davantage parvenir à s'extirper de la phase de poules. Face à l'Equateur, la France et la Suisse dans le groupe E, Najar se présente comme un des meilleurs éléments de la sélection hondurienne aux côtés du défenseur de Hull (Angleterre) Maynor Figueroa, du milieu de terrain Wilson Palacios (Stoke City) ou du buteur de Real España (Honduras) Carlo Costly. nl/mas/ag/ol/dhe

(AFP)

Ton opinion