Publié

FootballMondial-2014 - Costa Rica: Bryan Ruiz en terrain connu face aux Pays-Bas (MAGAZINE)

San José, 4 juil 2014 (AFP) - L'attaquant du Costa Rica Bryan Ruiz, qui a posé ses valises sur la terre des polders pour la deuxième fois de sa carrière au mercato d'hiver, est un familier du football néerlandais.

De cette expérience, il tire une conviction: les Pays-Bas sont prenables en quart de finale du Mondial samedi à Salvador de Bahia. "La Hollande est une grande équipe, mais pour être sincère, je dois dire que nous avons de bonnes chances de les battre. Je sais qu'après ce que nous avons fait ici, ils nous respectent et nous considèrent comme une sélection difficile à battre", estime le N.10 des "Ticos" et du PSV Eindhoven, âgé de 28 ans. Bien entendu, Ruiz a beaucoup parlé de ses futurs adversaires avec son sélectionneur, le Colombien Jorge Luis Pinto. "Je connais les joueurs hollandais à la perfection. J'ai joué contre nombre d'entre eux. Bien sûr, l'entraîneur m'a posé des questions. Nous savons quel jeu ils peuvent proposer. Ce sera un match très intense", ajoute le joueur, réputé humble et affable malgré sa grande popularité au pays. Parmi les 23 Néerlandais, il n'y a que deux de ses coéquipiers à Eindhoven, le milieu de terrain Georginio Wijnaldum et l'attaquant Memphis Depay, car le PSV ne traverse pas une de ses périodes les plus fastes de son histoire. Mais huit autres, de Feyenoord ou de l'Ajax Amsterdam, ont été les adversaires de Ruiz cette saison en Eredivisie, sans compter ceux qu'il avait connus lors son premier passage entre 2009 et 2011 au FC Twente. Un séjour particulièrement fructueux qui avait été récompensé par un titre national et 24 buts inscrits en 2009-2010. Beau gosse au pied gauche efficace, Ruiz était l'un des rares joueurs costariciens à bénéficier d'une certaine notoriété en dehors de son pays avant le Mondial grâce à son expérience en Europe. Outre la Hollande, il a aussi fréquenté la Belgique à La Gantoise et l'Angleterre à Fulham, qui l'a prêté au PSV en janvier dernier avant de sombrer en D2. Aux côtés du gardien Keylor Navas et de l'attaquant Joel Campbell, les deux autres joueurs connus de la "Sele", ce bon manieur de ballon, adroit de la tête, a été à la hauteur de son statut au Brésil. C'est lui qui a marqué le but de la victoire contre l'Italie (1-0), grâce à laquelle le Costa Rica est sorti vainqueur à la surprise générale du "groupe de la mort", devant l'Uruguay, battu lui aussi par les "Ticos" (3-1). Ruiz a encore frappé lors du huitième de finale remporté aux tirs au but contre la Grèce en marquant le seul but costaricien (1-1). "Le match le plus important de nos vies", dit Ruiz. "Mais maintenant, c'est une autre finale contre les Pays-Bas, et nous ne voulons pas en rester là", conclut-il. mas/fbx/sk

(AFP)

Votre opinion