Publié

footMondial-2014 - Espagne-Pays-Bas: Van Gaal avait raison (COMMENTAIRE)

Par Benoît NOEL Rio de Janeiro, 14 juin 2014 (AFP) - Le sélectionneur des Pays-Bas Louis van Gaal a fait taire ses détracteurs vendredi à Salvador grâce à un succès historique face à l'Espagne (5-1) qui a consacré son renoncement au 4-3-3 si cher aux amateurs de foot du plat pays.

Régulièrement critiqué par la presse néerlandaise lors des trois derniers matches de préparation, le coach Oranje boit aujourd'hui du petit lait. "Les journalistes veulent qu'on joue plus vite, mais on ne le peut pas: on a un jeu compact, les joueurs font du pressing et quand on change de rythme et qu'on pousse tout à coup, des choses peuvent arriver", a commenté le futur entraîneur de Manchester United. Le plan de Van Gaal a été parfaitement exécuté. Défendre à huit (le gardien, cinq défenseurs et deux milieux récupérateurs) et pratiquer un jeu direct vers Wesley Sneijder, Robin van Persie et Arjen Robben. Les attaquants de Manchester et du Bayern ont été magistraux, inscrivant chacun deux buts, d'une classe immense. Ils sont pour beaucoup dans ce succès plantureux. C'est en partie grâce à eux que les Pays-Bas marquent 5 buts en Coupe du Monde pour la 3e fois seulement, après leurs succès 5-1 face à l'Autriche en 1978 et 5-0 face à la Corée du Sud en 1998. "Je savais qu'avec cette tactique et des joueurs comme Wesley, Robin et Arjen devant, les buts peuvent arriver. Mais autant, je ne m'y attendais pas", a déclaré Van Gaal, qui a aussi mis l'accent sur la performance défensive de son équipe. "On n'a laissé aux Espagnols qu'une seule occasion, en première période, et ils ont eu un penalty, je ne sais pas s'il était mérité. Lors des trois derniers matches amicaux, on a montré que c'est très difficile de jouer contre nous", s'est-il félicité. Efficace face à l'Espagne, ce 5-2-3 machiavélique ne sera pas reconduit pour autant face à l'Australie, le 18 juin à Porto Alegre. Car si un système en contres s'avérait utile face à des champions du monde qui allaient faire le jeu, il faudra sans doute pratiquer autremen tcontre les "Aussies", qui vont certainement être moins audacieux. "J'ai seulement travaillé sur le match de l'Espagne en préparation, on n'a fait que prévisualiser ce match. On va regarder le match Chili-Australie, on va l'analyser, mais on va voir nos plans pour l'Australie à partir de samedi", a expliqué Van Gaal en conférence de presse d'après-match. Il pourrait donc revenir à un schéma plus "néerlandais" pour ce deuxième match. "Le schéma qu'on a utilisé en qualifications, c'est l'école néerlandaise, mais la doctrine néerlandaise, c'est plus que le 4-3-3, c'est jouer le pressing, rester compact, conserver ses positions. On savait que l'Espagne voulait dominer, mais la situation sera complètement différente contre l'Australie qui jouera défensivement", a-t-il souligné. Le match contre l'Espagne a prouvé que les Oranje sont capables de s'adapter à différents types d'adversaires. Ce qui leur sera utile plus tard dans le tournoi, quand ils seront (peut-être) appelés à affronter des formations aussi offensives que l'Espagne. Les ténors de cette Coupe du monde sont prévenus. bnl/gv

(AFP)

Ton opinion