Publié

footMondial-2014 - Italie - Balotelli: Pourquoi toujours lui ? (MAGAZINE-DOSSIER)

Par Emmanuel BARRANGUET Rome, 22 mai 2014 (AFP) - Le parcours de l'Italie au Mondial-2014 dépendra en partie du Mario Balotelli qu'elle emmène au Brésil: le buteur explosif ou la star capricieuse ? A sa décharge, Balotelli est toujours la cible des tabloïds, comme en Angleterre quand il jouait à Manchester City.

Après le fameux tee-shirt "Why always me ?", il aurait pu en arborer un marqué "Perché sempre io ?" Oui: Pourquoi toujours lui ? La vox populi scrute toute sa vie, des relations avec ses petites amies à sa première rencontre avec sa fille Pia, reconnue à l'âge de un an. Certes, il cherche un peu les ennuis en réagissant souvent mal, comme lors d'un clash en direct, après un match raté, avec Giancarlo Marocchi, devenu consultant sur la chaîne Sky Sport. "Crois-moi, tu ne comprends rien au foot", avait lancé Balotelli. Marocchi a tout de même gagné la Ligue des champions 1996 avec la Juve... Mais il se retrouve souvent injustement accusé. En octobre 2013 il avait été insulté pour avoir refusé dans un tweet, resté célèbre en Italie, d'être bombardé symbole de la lutte contre la Camorra lors d'un entraînement des "Azzurri" sur un terrain confisqué au crime organisé. "Une polémique écoeurante de bienpensance", avait jugé le groupe anti-mafia Pio La Torre, estimant qu'on ne doit pas demander "à un footballeur de 22 ans" (23 désormais) de lutter contre la mafia, mais à l'Etat. Un mois après son retour en Italie, au mercato d'hiver 2013, les flashes s'étaient multipliés dans les médias italiens car... il avait garé sa voiture en double-file à l'aéroport de Milan-Linate. "Balo" est une star quoiqu'il fasse. Le problème réside justement dans l'immense attente autour de ce joueur doué, mais qui n'a pas encore explosé au plus haut-niveau, hormis lors de son doublé contre l'Allemagne à l'Euro-2012, fêté de la célèbre pose Hulk, tous pectoraux dehors. Le Mondial est la deuxième grande compétition internationale de Balotelli, l'occasion de montrer sa valeur au Brésil, où il avait été bien accueilli par le public lors de la Coupe des confédérations, avant de terminer trop tôt le tournoi sur blessure. "Ses progrès pourraient être déterminants pour nous", estime Prandelli, qui a "un bon rapport avec lui, quelques fois nous arrivons à communiquer sans parler". Le "Mister" défend toujours son attaquant en public, mais le tance en privé. Plus patient que José Mourinho ou Roberto Mancini, il réussit à tirer le meilleur parti de l'explosivité de Super Mario. Lui le veut devant, et nulle part ailleurs. Balotelli "a joué ses meilleurs matchs seul en pointe" avec l'AC Milan cette saison, estime Prandelli. Il a quand même marqué 14 buts en Serie A cette saison. Super Mario "doit rester là-bas devant, dans la surface, il ne doit pas revenir, et prendre patience si au bout de dix minutes il s'ennuie tout seul: il doit rester concentré sur les bons déplacements", ajoute le sélectionneur. D'une manière générale l'étoile doit apprendre la patience. "Ces dernières années, il a gaspillé beaucoup d'énergie pour des petites choses, juge Cesare Prandelli, les grands champions ne le font pas, ils pensent seulement à gagner". Le sélectionneur reste pourtant l'entraîneur ayant tiré le meilleur parti de l'attaquant noir de l'Italie, idole des jeunes supporters, cible préférée des tifosi adverses. Irrégulier avec le Milan, "Super Mario" est presque toujours bon avec la "Nazionale", quelques fois exceptionnel. Car si "Balo" agace par son indolence, il est aussi un joueur capable de décider une demi-finale de Championnat d'Europe en deux éclairs. Malheureusement, ce match de grâce à Varsovie reste sa seule référence au très, très haut niveau, celui que l'Italie espère atteindre, en quête d'une cinquième couronne mondiale. Docteur Balotelli ou Mister Mario a tout pour faire "un grand champion, conclut Prandelli, il doit seulement trouver une sérénité intérieure et un équilibre" pour exprimer un "potentiel illimité." eba/ol/jcp

(AFP)

Ton opinion