Publié

FootballMondial-2014 - L'Angleterre fait profil bas contre le Monténégro (PRESENTATION)

L'Angleterre, leader du groupe H avec un point d'avance sur ses poursuivants, fait profil bas avant d'accueillir l'un d'eux, le Monténégro, vendredi en qualifications du Mondial-2014.

Alors que leur confiance confine parfois à l'arrogance, les Anglais se méfient en effet de cet adversaire chez lequel ils avaient souffert pour ramener un nul en mars (1-1). Car, même s'ils sont en ballottage favorable, les hommes de Roy Hodgson savent aussi que, pour valider leur billet pour le Brésil, ils ont besoin de deux victoires vendredi et mardi contre la Pologne pour éviter les calculs qui donnent mal au crâne sous peine de devoir, au mieux, passer par la case barrages, au pire, rester à la maison. Et comme dans son groupe l'Angleterre a jusque-là été capable de battre seulement le 5e (Moldavie) et le 6e (Saint-Marin), la double confrontation face aux 3e et 4e (Pologne) fait déjà raviver dans le pays le spectre des non qualifications honteuses au Mondial-1994 et à l'Euro-2008. Pourtant, les coéquipiers de Gerrard se présentent en meilleure forme qu'il y a un mois, lorsqu'ils avaient pris la tête après leur victoire contre la Moldavie (4-0) puis l'avaient conservée quatre jours plus tard en ramenant un nul (0-0) d'Ukraine, l'actuel 2e. Même s'ils ont perdu sur blessure le feu-follet Walcott et l'expérimenté Cole derrière, ils retrouvent en effet devant le tandem Rooney-Sturridge, ainsi que l'ailier Welbeck, suspendu à Kiev. "Le potentiel du duo d'avant-centres est effrayant, s'est d'ailleurs félicité Gerrard. Il sont tous les deux très doués, soit pour construire, soit pour marquer. Ils ont toute la panoplie des attaquants modernes." En pleine forme actuellement, ces trois-là seront assurément utiles pour percer le coffre-fort monténégrin. "Ils sont bien organisés et difficiles à battre, ils jouent regroupés derrière le ballon et essayent de vous bloquer. Il faudra être patient. Mais si on marque en première période, le jeu s'ouvrira", imagine ainsi Rooney. "Depuis que je suis là, c'est le meilleur groupe d'attaquants que l'Angleterre ait eu. Il n'y a jamais eu autant de jeunes dans le groupe mais on aura besoin de ceux qui ont de l'expérience, qui peuvent conserver leur calme", a-t-il poursuivi, lui aussi prudent. Difficile pourtant de situer le vrai niveau du prochain adversaire. D'un côté, le Monténégro n'a jamais perdu contre l'Angleterre et reste sur trois nuls face à elle, mais de l'autre, après son départ canon dans les éliminatoires et 13 points pris en cinq matches, il s'est effondré et n'en a pris que deux lors des trois suivants. "Contre l'Angleterre, à Wembley, il n'y a pas besoin de motiver les joueurs. Je pense qu'on peut le faire, a pourtant déclaré le sélectionneur Branko Brnovic. D'abord parce qu'on a des qualités et ensuite parce qu'on joue mieux à l'extérieur qu'à domicile." Sa victoire en Ukraine et son nul en Pologne sont en effet de solides arguments. Mais sa série de quatre matches sans victoire et les absences promises du buteur de la Juventus Vucinic, du défenseur de Lille Basa, du milieu de Rostock Pekovic, et du gardien Bozovic, tous des joueurs expérimentés, ne plaident pas en faveur du Monténégro. cd/nip/sk

(AFP)

Votre opinion