Publié

footMondial-2014 - Le Brésil, l'Espagne et les autres (PAPIER GENERAL)

Par Philippe GRÉLARD PARIS, 21 nov 2013 (AFP) - Les 32 qualifiés du Mondial-2014 sont désormais connus et le petit jeu des forces en présence peut commencer, entre les favoris, l'Espagne, tenante du titre, le Brésil, hôte ragaillardi, et les autres tels que la Bosnie, le bizuth.

La commission d'organisation de la compétition déterminera le 3 décembre les chapeaux pour le tirage au sort, qui a lieu trois jours plus tard à Costa do Sauipe, station balnéaire non loin de Salvador de Bahia. Sao Paulo accueillera le match inaugural le 12 juin, Rio la finale le 13 juillet. LES FAVORIS L'Espagne peut-elle écrire une nouvelle page de l'histoire du foot ? La "Roja" détient déjà un triplé consécutif inédit Euro-2008/Mondial-2010/Euro-2012. Les détracteurs disent de la bande à Iniesta qu'elle est fatiguée ou vieillissante, pointant du doigt le cas Casillas, 32 ans. L'emblématique portier espagnol n'est plus que remplaçant en Liga avec le Real Madrid, son entraîneur Carlo Ancelotti l'utilisant seulement en Ligue des champions. Parmi les favoris, il faut évidemment citer le Brésil, ragaillardi par l'arrivée il y a un an de Luiz Felipe Scolari. La Seleçao s'est rassurée avec une Coupe des Confédérations remportée l'été dernier. Mais la troupe de Neymar résistera-t-elle à l'énorme pression qui va peser sur elle ? Reste les autres valeurs sûres telles l'Italie, finaliste du dernier Euro, l'Allemagne, demi-finaliste du dernier Euro, ou encore les Pays-Bas, finaliste du dernier Mondial. Les "Oranje" de Robben devront à tout le moins se faire pardonner une élimination au premier tour de l'Euro-2012. LES GROS POTENTIELS Il y a évidemment le Portugal, porté par un Cristiano Ronaldo en très grande forme en ce moment. CR7 a inscrit un triplé en barrage retour contre la Suède (3-2) et fait figure de grand favori au Ballon d'or depuis que les votes pour ce trophée ont été prolongés jusqu'au 29 novembre. Dans cette catégorie entrent aussi les Sud-Américains qui viendront en voisins, comme l'Argentine de Messi, la Colombie de Falcao ou l'Uruguay de Cavani. Le cauchemar du Brésil serait de revivre un triomphe de l'Uruguay au Maracana le 13 juillet, réplique du séisme footballistique de la Coupe du monde en 1950 gagnée par la Celeste au pays du foot roi. LES SURPRISES POSSIBLES Que fera la France au Mondial ? Les Bleus, qualifiés à l'issue d'un barrage retour historique contre l'Ukraine (succès 3-0 après un revers 2-0 à l'aller, du jamais vu dans les barrages), restent un adversaire craint par la Seleçao depuis le sacre des Français au Mondial-1998. Et ce même si Zidane n'est plus en sélection depuis 2006. L'Angleterre arrive elle aussi avec quelques interrogations, tout comme la Russie qui doit préparer son Mondial-2018. La Croatie des Modric et Mandzukic, tout comme la Belgique d'Hazard tiendront-elles leurs promesses ? La Côte d'Ivoire de Drogba, le Cameroun d'Eto'o, le Ghana d'André Ayew permettront-ils enfin à une équipe africaine d'aller en demi-finale ? LES AUTRES INVITES La Bosnie, qualifiée pour la première fois de sa jeune histoire en tant que nation indépendante, suscitera bien sûr la curiosité. Ainsi que la Suisse, qui sera la tête de série européenne la plus désirée au tirage au sort. La Grèce donnera comme d'habitude du fil à retordre à ses adversaires avec son verrou défensif tandis que l'Algérie de "Coach Vahid" (Halilhodzic) pourrait éventuellement faire un coup. Le Japon semble être la seule équipe asiatique à pouvoir tirer son épingle du jeu. Quant à l'Iran et la Corée du Sud, ils apparaissent promis à la cohorte de ceux qui devront décoller leur étiquette de figurants comme l'Equateur, le Costa Rica, le Honduras, le Chili, le Mexique, les Etats-Unis ou le Nigeria. Mais ces pays ont déjà remporté une belle victoire: contrairement à Ibrahimovic, éliminé avec la Suède, ils verront le Brésil. pgr/dla/cle

(AFP)

Ton opinion