Publié

rugbyMondial-2015 - Afrique du Sud - Pieter De Villiers: "On repart à zéro" (ENTRETIEN)

Londres, 8 oct 2015 (AFP) - En se recentrant sur la conquête, l'Afrique du Sud a trouvé les réponses à ses maux selon Pieter De Villiers, l'ancien pilier du XV de france en charge de la mêlée des Springboks, selon qui les compteurs sont remis à zéro avant les quarts de finale.

Les Boks sont assurés de terminer en tête de la poule B après avoir battu les USA (64-0) mercredi soir. En quart de finale, ils affronteront le deuxième de la poule A; soit le perdant du match Australie - Pays de Galles disputé samedi.

QUESTION: Que vous inspire cette qualification logique après votre désillusion initiale face au Japon (32-34) ?

REPONSE: "On est super content, on voit bien que cette Coupe du monde est la plus serrée de tous les temps. On a vu des matches avec des équipes soi-disant petites qui n'étaient pas si petites que ça. On a eu un début difficile, cela a permis de se remettre en question, de comprendre que ce ne sera pas facile. Maintenant, c'est fait, on est qualifié. En arrivant ici, on avait pas mal de joueurs qui revenaient de blessures, qui n'avaient pas beaucoup joué. Ces matches de poules étaient importants pour leur donner du temps de jeu, c'est chose faite. Il y en a pas mal qui reviennent très bien. Sur notre style de jeu au début, on était plus sur l'attaque. Aujourd'hui, on est plus sur les bases de la conquête, plus dans l'habitude sud-africaine, plus coupe du monde je dirais aussi".

Q: Est-ce finalement un mal pour un bien cette défaite contre le Japon ?

R: "C'est toujours dans les moments difficiles que les équipes se resserrent, se remettent en question. Il faut toujours s'en servir. Cela nous a servis mais maintenant on repart à zéro. Les poules étaient serrées, je parle même pas des phases éliminatoires, ce sera très chaud car on jouera l'Australie ou le pays de Galles. Les deux équipes sont des équipes qui peuvent aller en finale elles aussi. A partir de la semaine prochaine, ce sera chaque week-end une finale, il faut se préparer pour des combats très rudes".

Q: Quand on vient de l'hémisphère sud, on connait très bien l'Australie. Cela serait-il plus intéressant de jouer le pays de Galles ?

R: "(hésitant) Ce n'est pas pareil. Dans l'hémisphère nord, ils ont aussi un certain type de jeu. La dernière fois qu'on a joué le pays de Galles, on a perdu (12-6), la dernière fois qu'on a joué l'Australie, on a perdu (24-20), ce sont deux équipes qui nous ont posé problème récemment. Il faudra bien se préparer. Les deux sont des gros challenges avec des entraîneurs très expérimentés qui savent motiver leurs troupes comme il faut".

Q: En tant que responsable de la mêlée des Boks, comment la jugez-vous ? A-t-elle eu suffisamment d'adversité lors de la phase de poules ?

R: "C'était bien contre les États-Unis mais on a joué contre l'équipe B américaine, il ne faudra pas s'emballer. En même temps, il faudra féliciter les joueurs pour les efforts faits. Jusqu'à la fin, ils ont essayé d'avancer, il y avait une réelle envie de dominer l'adversaire. C'est très bien mais ce n'était pas l'Australie ou la France en face".

Q: Comment avez-vous vécu la soirée de Bryan Habana, qui a égalé le record du nombre d'essais en Coupe du monde de Jonah Lomu ?

R: "Lomu est une légende et Bryan est une légende aussi. Il mérite, c'est un leader dans notre groupe, un exemple pour beaucoup de jeunes joueurs. C'est un champion dans sa tête, il est très fort, avec des qualités physiques énormes, c'est un pitbull . Quand l'occasion est grande, ça le fait avancer. Plus c'est dur, plus ça le motive. Ce n'est pas toujours évident de trouver cette motivation chez des joueurs qui sont soi-disant plus âgés. Bryan, on constate qu'il a très faim. Son départ à Toulon l'a fait grandir, a élargi sa panoplie au niveau des skills , de l'expérience. En jouant à Toulon qui est une équipe bourrée de champions, il nous amène énormément. Aujourd'hui, il a égalé Lomu mais il aura l'occasion, touchons du bois, de battre ce record".

rap/pga/cto

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!