Publié

rugbyMondial-2015 - All Blacks et Anglais en force (PAPIER D'ANGLE)

Par Nicolas KIENAST Paris, 16 sept 2014 (AFP) - Les champions du monde en titre néo-zélandais semblent les mieux armés à un an de la Coupe du monde de rugby (18 septembre-31 octobre 2015) mais gare aux hôtes anglais qui ont programmé leur montée en puissance.

NOUVELLE-ZÉLANDE: au beau fixe. Vainqueurs de leurs 14 matches en 2013, les All Blacks, dont l'ossature a peu bougé depuis le titre mondial, sont en passe de remporter leur troisième Four nations de suite. Seuls légers bémols: ils ont laissé échapper un record de 18 victoires consécutives en concédant le nul en ouverture du Four nations contre l'Australie, et leurs deux derniers succès, à domicile contre l'Argentine et l'Afrique du Sud, ont été marqués par quelques approximations. Déjà, en juin, ils avaient eu du fil à retordre face aux Anglais (trois victoires dont deux serrées). Mais ils n'ont perdu qu'un match depuis leur titre mondial, en Angleterre le 2 décembre 2012. AFRIQUE DU SUD: un été mitigé. Après une belle année 2013 (seulement deux défaites, face aux All Blacks), les Springboks connaissent un Four nations 2014 plus poussif: deux petites victoires face à l'Argentine pour deux défaites. Mais leur dernier revers, samedi en Nouvelle-Zélande (10-14), a prouvé qu'ils répondaient toujours présent dans les grands rendez-vous. La jeune classe, emmenée par l'ouvreur Handre Pollard, a une année supplémentaire pour gagner en expérience. AUSTRALIE: en progrès. Les Wallabies sont en pleine renaissance après la fin de règne morose du sélectionneur Robbie Deans, remplacé en juin 2013 par Ewen McKenzie. Après un Four nations 2013 difficile (deux victoires), la greffe McKenzie semble prendre: les Australiens n'ont perdu qu'un match (pour sept victoires) jusqu'au Four nations 2014. Où ils ont tenu en échec les All Blacks d'entrée... avant un "match retour" qui a viré à l'humiliation (20-51). Les Wallabies, où McKenzie a injecté du sang neuf (Foley, Toomua, Kuridrani, Folau, White, Skelton...), ont pu mesurer le chemin qu'il leur restait à parcourir. ARGENTINE: toujours sans victoire. En poste depuis octobre 2013, le sélectionneur Daniel Hourcade a connu un début de mandat difficile sur fond de dissensions internes: deux lourdes défaites en Angleterre et au pays de Galles. Les Pumas ont ensuite perdu à domicile leurs trois test-matches en juin, contre l'Irlande (deux fois) et l'Ecosse. Mais ils ont affiché des progrès dans le Four nations 2014: quatre défaites honorables, dont celle d'une courte tête à domicile contre l'Afrique du Sud (31-33). Ils sont cependant toujours à la recherche d'une première victoire dans ce tournoi depuis leur intégration en 2012. ANGLETERRE: montée en puissance. A un an de leur Mondial, les Anglais sont en forme: deuxièmes du Tournoi des six nations 2014, ils ont ensuite tenu la dragée haute aux Néo-Zélandais, qu'ils ont failli battre à deux reprises lors d'une tournée de juin qui a mis en relief la profondeur de banc dont dispose le sélectionneur Stuart Lancaster. La nouvelle génération, emmenée par l'ouvreur Owen Farrell, aura l'occasion de confirmer sa montée en puissance à l'automne, contre les Néo-Zélandais, de nouveau, l'Afrique du Sud et l'Australie. Le XV de la Rose devra ensuite remporter le Tournoi-2015 afin de se lancer vers "sa" compétition. FRANCE: le grand doute. Le XV de France est dans le brouillard tant de nombreux chantiers restent ouverts, que ce soit en termes de résultats, d'ossature, d'identité de jeu ou de confiance. Avec seulement 11 victoires en 29 matches, le bilan de Philippe Saint-André n'est pour l'instant guère loin de la catastrophe. L'encadrement français a décidé de rebattre les cartes de la concurrences en publiant une liste élargie de 74 noms, ce qui rajoute au flou ambiant. Inefficace en attaque, le XV de France a aussi pris l'eau en défense lors de sa tournée de juin en Australie. Il devient urgent de se ressaisir. PAYS DE GALLES: toujours muet face au Sud. Dépossédés au printemps de leur double couronne dans le Tournoi, les Gallois ont ensuite perdu deux fois en Afrique du Sud en juin. Le XV du Poireau peine à jouer face aux nations de l'hémisphère sud la même partition qu'en Europe, depuis l'arrivée sur le banc de Warren Gatland en 2008. La venue de l'Australie, de la Nouvelle-Zélande et de l'Afrique du Sud cet automne tombe à point alors que la période de tension entre provinces et Fédération s'est enfin achevée. IRLANDE: des promesses. Les débuts comme sélectionneur de Joe Schmidt sont prometteurs: victoire dans le Tournoi des six nations 2014 quelques mois après avoir été tout proche d'une historique victoire contre la Nouvelle-Zélande. Une progression à confirmer cet automne face à l'Afrique du Sud et l'Australie. Reste à savoir comment aura été remplacé l'emblématique centre Brian O'Driscoll, retraité depuis cet été. nk/jmt/dhe

(AFP)

Ton opinion