05.06.2015 à 12:20

footMondial-2015 dames: sur synthétique, de mauvaise grâce (ENCADRE)

Moncton (Canada), 5 juin 2015 (AFP) - En septembre 2014, plusieurs vedettes du football féminin avaient critiqué la Fifa pour l'utilisation de gazon artificiel pour le Mondial au Canada, menaçant même l'instance d'une action en justice.

A la veille du match d'ouverture, la polémique est retombée mais les joueuses s'inquiètent toujours. Après le match amical France - Russie du 22 mai, disputé sur le terrain synthétique du stade de Châteauroux (centre) , Wendie Renard, capitaine et arrière centrale de l'équipe de France, exhibe son coude ensanglanté: "Voilà ce qui se passe quand on tacle sur un synthétique. C'est quand-même dommage de jouer là-dessus", dit-elle. Si l'idée d'évoluer sur synthétique a fait son chemin chez les joueuses, le mécontentement n'est donc pas vraiment passé. En fin d'année dernière, la gardienne allemande Nadine Angerer, sacrée meilleure joueuse 2013 par l'UEFA et la Fifa, déclarait ainsi à l'agence SID, filiale de l'AFP, que la pelouse de Vancouver, où se jouera la finale de la compétition, était "une plaisanterie". "C'est du béton. Le risque de blessure est énorme. J'espère que la Fifa va réaliser combien c'est embarrassant", avait-elle ajouté. Au-delà du risque immédiat de brûlure, certaines joueuses s'inquiètent également de blessures musculaires ou articulaires. "On ne sait pas comment les organismes vont réagir avec la répétition des matchs", a ainsi déclaré la Française Camille Abily. Dans une chronique publiée sur le site theplayerstribune.com, l'Américaine Megan Rapinoe, passée par Lyon, va plus loin. "La Fifa a dégagé 338 millions de dollars de bénéfices sur le Mondial-2014. Alors je pense que dire qu'il n'est pas techniquement possible d'installer du vrai gazon dans tous les stades n'est pas acceptable", écrit-elle. "Nous avons joué sur herbe toute notre vie et là, nous allons évoluer au plus haut niveau qui soit sur une surface différente. Je pense que cela aura beaucoup d'implications", ajoute-t-elle avant d'évoquer elle aussi les risques de blessures. "C'est l'élément central: je pense que le synthétique sera beaucoup plus dur pour nos corps. Vous verrez que le bilan des blessures va s'alourdir au fil du tournoi", assure-t-elle. La Fifa, elle, assure que "le tournoi sera fantastique". "Ce thème a pris beaucoup de place. Mais on a rassuré tout le monde, les terrains seront de très bonne qualité. Il n'y aura à la Coupe du monde que des terrains deux étoiles (ce qui se fait de mieux selon les standards de la Fifa, ndlr)", a déclaré lors d'une visite à Paris Tatjana Haenni, la responsable des compétitions féminines à la Fifa. En attendant, les sélections travaillent en conséquence. A l'image de l'équipe de France, dont toute la préparation, matchs amicaux inclus, s'est faite sur synthétique. "Notre chance c'est qu'on a une très bonne équipe sur le plan technique. Donc ça ne devrait pas poser de problèmes", a assuré le sélectionneur des Bleues Philippe Bergeroo. stt/ol/jgu

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!