Publié

rugbyMondial-2015 - Live from London: les petites histoires de la Coupe du monde

Les petites histoires de la Coupe du monde

Faillite des Lomu.

Le légendaire Jonah Lomu, auteur de 37 essais en 63 sélections sous le maillot des Blacks, n'est jamais parvenu à inscrire le moindre essai en... 12 confrontations face aux Springboks. Cette malédiction semble poursuivre celui que l'on présente comme son héritier, Julian Savea. Auteur de 38 essais en 40 sélections, lui non plus n'a jamais marqué en 6 confrontations face aux Boks.

Le chant des Pumas. Les Argentins ont dévoilé quelques aspects de leur vie de groupe qui s'appuie notamment sur le talent caché de certains. "Horacio Agulla est celui sur qui il faut compter quand il faut chanter", a ainsi glissé le demi de mêlée Martin Landajo. "Il chante en anglais, principalement du Michael Buble". Agulla a ainsi confié que l'équipe avait "sa" chanson. "Elle n'a pas de titre et les supporters la chantent aussi: Vamos Pumas Vamos ". Selon Agulla, les Pumas occupent le reste de leur temps libre à "jouer aux cartes, aux dés, au ping-pong, à aller à la piscine. On oblige aussi les plus jeunes à chanter, danser ou préparer un sketch quand ils arrivent dans l'équipe", a-t-il souri.

Expérience. Peut-être inspirés par l'exemple des All Blacks, dont le succès samedi face aux Springboks a été facilité par les "centenaires" en sélections (McCaw, Carter, Nonu), les Australiens alignaient face à l'Argentine leur équipe la plus expérimentée de toutes les Coupes du monde. Au coup d'envoi, les "Green and gold" totalisaient 876 sélections, soit 58 de moyenne par joueur, grâce notamment au trio "des plus de 100" Ashley-Cooper, Giteau, Moore. Les Argentins comptaient eux 542 sélections au total, soit 36 de moyenne par joueur.

Les recettes du Dropper fou. Le Sud-Africain Jannie De Beer reste une référence dans le rugby mondial pour ses 5 drops réussis en quart de finale du Mondial-1999 face à l'Angleterre (44-21). L'exemple nourrit depuis la plupart des équipes lors des matches à élimination directe, comme les All Blacks, qui ont décroché les Springboks samedi grâce à un drop de Dan Carter. Seize ans plus tard, Jannie de Beer nuance quand même son influence: "ce jour-là, si je n'avais pas réussi le premier drop, pas sûr que j'aurais tenté les autres".

pga/pyv

(AFP)

Ton opinion