19.09.2015 à 17:01

rugbyMondial-2015 - Live from London: les petites histoires de la Coupe du monde

Les petites histoires de la Coupe du monde: Promenade royale pour le XV de France.

La promenade d'avant-match, afin de réveiller les organismes en douceur, est une tradition bien ancrée pour le XV de France. Mais elle prend un autre éclat quand elle se déroule dans un cadre prestigieux, celui de la ville de Windsor. Les Bleus ont ainsi arpenté une heure durant samedi matin les rues de la cité réputée pour son château médiéval, résidence de la famille royale britannique. Ils ont ensuite regagné leur hôtel situé près de l'aéroport d'Heathrow, à un petit quart d'heure de bus seulement, à quelques heures d'affronter l'Italie à Twickenham. Schmidt mouille le maillot. S'il y a bien une habitude qui perdure chez les sélectionneurs, parfois taillés à quatre épingles le jour des matches, c'est de déléguer l'échauffement de leurs équipes à leurs adjoints et d'observer. Mais pas Joe Schmidt, celui de l'Irlande, qui a mouillé la chemise samedi avant Irlande-Canada au Millennium Stadium de Cardiff pour faire le nombre dans la ligne d'attaque et finir certaines actions de l'équipe du Trèfle. Une scène surprenante qui plus est en Coupe du monde. Millennium fermé. Seul stade de la compétition doté d'un toit, le Millennium Stadium de Cardiff sera fermé lors des 8 matches qui y sont programmés, ont confirmé les organisateurs de l'épreuve. Une bonne nouvelle pour l'équipe de France, au passé compliqué par temps de pluie en Coupe du monde, qui y disputera son dernier match de poule contre l'Irlande le dimanche 11 octobre et éventuellement un quart de finale le week-end suivant. Autre monde. Tous les quatre ans, la Coupe du monde offre aux petites nations l'occasion de se frotter aux monstres de ce jeu. Après 1999 et 2003, l'Uruguay fait son retour avec dans son XV de départ contre les Gallois dimanche seulement 4 joueurs professionnels (3 en 2e div. française, 1 en Italie) et donc 11 amateurs. Parmi eux, on trouve quatre étudiants dont un en médecine et un autre vétérinaire, deux agriculteurs, un économiste, un comptable, un administrateur et un autre qui se dessine à une carrière de politicien. Le capitaine Santiago Vilaseca, lui, est banquier et a dû poser des congés sans solde pour participer à la Coupe du monde. Flambée. Selon une étude du site spécialisé Trivago, les prix des chambres d'hôtel ont flambé dans les villes hôtes, avec une mention toute particulière pour Cardiff. Pour le quart de finale du 17 octobre dans la capitale galloise, le prix moyen est désormais de 1.108 livres (1520 euros !), soit une augmentation de 1.200% comparé aux 85 livres (116 EUR) que coûtait une chambre à la même époque en 2014. A Londres, pour le match contre les Gallois le 26 septembre, il en coutera en moyenne 240 livres (330 EUR) contre 165 l'an passé. Soit 46% en plus. "En dépit des récentes critiques, les prix dans certaines villes ont augmenté depuis 16 jours, expliquait jeudi Denise Bartlett, porte-parole de Trivago. Des villes comme Gloucester et Cardiff, avec une faible capacité d'accueil pendant le tournoi ont augmenté en moyenne de 6 à 9% leurs prix". En revanche, les tarifs dans les villes les mieux dotées ont baissé ces derniers jours, pour éviter les chambres vides. "C'est particulièrement vrai à Londres avec 5 à 6% de baisse pour le 1er quart, les demi-finales, la petite et la grande finale", poursuit Mme Bartlett. bur-pga/dhe

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!