Publié

rugbyMondial-2015 - Nouvelle-Zélande - Read: "Nous pouvons encore grandir" (TROIS QUESTIONS)

Newcastle (Royaume-Uni), 8 oct 2015 (AFP) - Le N.8 des All Blacks Kieran Read, capitaine en l'absence de Richie McCaw, a estimé jeudi, à la veille du dernier match de son équipe dans la poule C du Mondial-2015, qu'elle pouvait "encore grandir" à l'approche des quarts de finale.

Q: L'absence du capitaine habituel Richie McCaw vendredi peut-elle être préjudiciable pour l'équipe?

R: "Il y a une énorme compétition en troisième ligne. Tous les six (McCaw, Read, Messam, Kaino, Cane et Vito, NDLR), nous pouvons jouer aux trois postes et cela met beaucoup de pression aux autres à l'entraînement pour donner le meilleur. Nous allons perdre un peu de leadership mais le gars qui le remplace (Sam Cane) a beaucoup de talent et, avec un peu de chance, Liam (Messam) apportera aussi en sortant du banc."

Q: Etes-vous satisfait de votre forme et de celle de votre équipe à l'approche des quarts de finale?

R: "Pour moi, je suis honnêtement plutôt content. En tant qu'équipe, nous pouvons encore grandir. Cela va être un bon test pour nous à Newcastle. On est ravis de jouer dans ce genre d'environnement. (...) C'est important que nous passions la vitesse supérieure. Toutes les semaines, nous nous préparons bien et nous nous améliorons à mesure que la Coupe du monde avance. Cette semaine, ce sont les Tonga: ils vont nous mettre beaucoup de pression dans certains secteurs. Il y a des schémas dans notre plan de jeu que nous voudrions effectuer correctement. A chaque fois que nous avons l'opportunité de montrer ce que les All Blacks peuvent réussir (sur le terrain), (...) nous voulons la saisir."

Q: Avez-vous une préférence pour votre quart de finale? France ou Irlande?

R: "Honnêtement, je ne vais pas répondre à cette question. Peu importe l'adversaire, ce sera une sacrée équipe. L'équipe que nous allons affronter en quart de finale sera une équipe qui peut potentiellement aller au bout. Nous sommes impatients. Nous sommes prêts à jouer n'importe qui."

Propos recueillis en conférence de presse.

mam/pel

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!