Publié

footMondial-2018/Tirage au sort qualif. - Qui pour l'Italie et la France? (LEVER DE RIDEAU)

Saint-Pétersbourg, 25 juil 2015 (AFP) - Le Mondial-2018 entre dans sa première phase sportive, samedi (15h00 GMT), avec le tirage au sort des qualifications pour cinq confédérations sur six, dont l'Europe, qui concentre le plus de suspense avec l'Italie et la France, non classées têtes de série et potentiellement en danger.

Les yeux du monde seront tournés vers Saint-Pétersbourg où la cérémonie se déroulera en présence du président russe Vladimir Poutine et de Joseph Blatter, le président démissionnaire de la Fifa, ébranlée par un énorme scandale de corruption. L'Asie ayant déjà débuté ses éliminatoires, le tirage au sort va dessiner les longues et sinueuses routes devant conduire 31 autres nations vers la Russie. Pour l'Europe, elles seront 52 en lice. La Russie, pays-hôte déjà qualifié, et Gibraltar, pas encore reconnu par la Fifa, n'y figureront pas. Elles seront réparties en 9 groupes (sept de six, deux de cinq), dont les neuf premiers obtiendront directement leur sésame. Les huit meilleurs deuxièmes s'affronteront dans des barrages aller-retour pour quatre derniers billets. Un petit mais réel suspense devrait entourer ce tirage pour l'Europe. L'Italie, quadruple championne du monde (1934, 1938, 1982, 2006), et la France sacrée en 1998 ne seront pas dans le chapeau 1, qui regroupe les têtes de série, en raison de leur médiocre classement Fifa (17e et 22e respectivement). Elles seront dans le 2e, comme la Slovaquie, l'Autriche, la Suisse, la République Tchèque, l'Islande, le Danemark et la Bosnie. Et donc à la merci d'un adversaire redoutable, comme par exemple l'Allemagne championne du monde en titre. Seule assurance, elles sont assurées de ne pas tomber ensuite dans la même poule. Outre la Mannschaft, Azzurri et Bleus peuvent tout de même aussi tomber dans le même groupe que la Belgique, l'Espagne, les Pays-Bas, le Portugal ou l'Angleterre. Pas simple. Mais avec un coup de pouce du destin, ils peuvent également hériter du Pays de Galles, de la Roumanie ou de la Croatie, a priori plus abordables. "Trois chances sur neuf", ou "une chance sur trois" de limiter la casse. Voilà qui doit suffire à faire frémir les sélectionneurs Antonio Conte et Didier Deschamps, qui verraient d'un bien mauvais oeil de devoir lutter avec un autre "cador" pour la première place de leur futur groupe. Pour Deschamps, si le sort venait à jouer les capricieux, l'histoire ne ferait que se répéter. Il y a quatre ans, pour les éliminatoires du Mondial-2014, la France avait déjà été placée dans le "pot 2". Résultat, les Bleus étaient tombés dans un groupe avec le champion en titre du monde et d'Europe de l'époque, l'Espagne. Et ils avaient dû en passer par des barrages haletants (défaite 2-0 en Ukraine, succès au retour 3-0) pour aller au Brésil. En résumé, pour l'Italie et la France, le pire tirage serait d'hériter de l'Allemagne ("pot 1"), mais également de l'Ukraine ou de la Serbie ("pot 3") et de la Turquie ("pot 4"). Le meilleur tirage serait assurément de jouer le pays de Galles ("pot 1"), même nanti de Gareth Bale, l'Irlande du Nord ("pot 3") et les Iles Féroé ("pot 4"). Le tirage au sort pour la zone Europe est le plus attendu, car dans les autres zones il y aura de multiples tours. C'est ce qui attend notamment les nations d'Afrique, de la CONCACAF (Amérique centrale, du Nord et Caraïbes) et d'Océanie. Pour les dix engagés d'Amérique du Sud, dont le Brésil et l'Argentine, le format sera celui d'un mini-championnat, dont le calendrier sera précisément connu samedi. nip/kn/gv

(AFP)

Ton opinion