Publié

footMondial/Belgique - Wilmots: "On peut écrire l'histoire" (ENTRETIEN)

Brasilia, 4 juil 2014 (AFP) - "On peut écrire l'histoire", a affirmé le sélectionneur belge Marc Wilmots avant d'affronter l'Argentine samedi à Brasilia en quart de finale du Mondial, alors que la presse l'invitait à évoquer le Belgique-Argentine de 1986.

Q: Le sélectionneur de la Suisse Omar Hitzfeld a déclaré que l'Argentine, ça n'était pas que Messi... R: "Je crois qu'il a entièrement raison. On se focalise sur Messi et c'est normal. Mais j'ai regardé Argentine-Suisse et c'est vraiment une équipe, un collectif, pas un ou deux joueurs. Ils se mettent au service de Messi." Q: Comment abordez-vous ce match ? R: "Même si je m'attends à un match très tactique et très fermé, nous allons garder notre philosophie qui est d'aller de l'avant. On peut écrire l'histoire. Les joueurs le savent." Q: Quels souvenirs gardez-vous du match de 1986 ? R: "En 1986, j'étais un gamin qui suivait les exploits des Diables Rouges. Il y avait une grosse euphorie. On se souvient de Maradona qui a fait gagner l'Argentine. Il nous a marqué. Mais c'est bien loin. C'est une autre génération. On parle du futur et de ce qu'on peut écrire avec cette nouvelle génération. C'est plus important que le passé." Q: Vous n'avez pas encore marqué sur coup de pied arrêté... R: "Il faut mieux les tirer. On a travaillé nos lignes de course mais parfois il y a un manque de chance, parfois c'est bien défendu. Mais je préfère faire du jeu. Et puis travailler les corners une semaine et penser qu'on va marquer comme ça, c'est de la foutaise." Q: Après la prolongation contre l'Algérie, vos joueurs sont-ils fatigués ? R: "Il faut s'attendre à tout. Physiquement et mentalement, on est prêt. On a pu faire tourner. On est prêt à aller à la limite et je sais que mon banc peut faire la différence." Q: Les Argentins ne dépassent plus les quarts de finale depuis 1990... R: "L'Argentine a une culture du football. Depuis 1990, elle a des difficultés à partir des quarts, mais je vois qu'ils sont toujours là et qu'il ne leur manque pas grand-chose. Et puis, le passé c'est le passé. Ces deux équipes ont le potentiel pour le dernier carré, ça c'est sûr." Q: Pouvez-vous dire quelques mots sur votre gardien Courtois ? R: "Avec un bon avant-centre et un bon gardien, tu as déjà de bonnes chances. Il est extraordinaire depuis trois ans. Il reste calme, il continue à travailler, tout de suite après les matches. Il est dans le détail et il y a une entente parfaite avec les deux autres gardiens." Q: Comment Hazard peut-il encore progresser ? R: "Il ne lui manque pas grand-chose. Il a bien évolué, avec du travail défensif. Je lui ai parlé hier soir de ce qu'il pouvait faire de plus, pour être plus efficace. Il veut avancer, mais en équipe. J'aime bien dépendre de plusieurs joueurs, pas un mais 23. Ca c'est bien." Q: Craignez-vous la chaleur ? R: "Les dates et les heures sont fixées à l'avance. C'est comme ça. Quand on planifie une Coupe du monde, on n'est pas monsieur météo. Je préfère jouer là qu'à Orlando en 1994, par 42 degrés à midi. On ne se plaint pas." Propos recueillis en conférence de presse stt/sk

(AFP)

Votre opinion