Publié

escrimeMondiaux-2013: la Russie poursuit son impressionnante moisson (COMPTE RENDU)

Par Thomas BACH BUDAPEST, 10 août 2013 (AFP) - La Russie, sacrée championne du monde par équipes au sabre chez les messieurs et médaillée de bronze chez les dames au fleuret, a poursuivi samedi son impressionnante moisson de médailles aux Mondiaux-2013 de Budapest.

Spécialité russe par excellence, le sabre n'a pas dérogé à la tradition avec une équipe de Russie qui s'est imposée contre la Roumanie en finale 45 touches à 38. Elle a conservé son titre mondial de Catane en 2011 et pris sa revanche sur les jeux Olympiques de Londres en 2012. Il y a un an, les sabreurs du Français Christian Bauer s'étaient inclinés contre la même Roumanie en demi-finale, et avait par la suite cédé contre les Italiens dans le match pour la médaille de bronze. "On démarre mal, mais on le savait, les Roumains sont très difficiles à tirer, avec beaucoup d'antijeu et de fautes. La défaite aux JO de Londres l'an passé contre ces mêmes Roumains a dû jouer dans leur motivation", analyse l'Alsacien. "Il n'est pas possible de dire qui a le mieux tiré, c'était un travail d'équipe parfait. Je suis tout simplement content que l'on a montré le meilleur aujourd'hui", a estimé Nikolay Kovalev, finaliste en individuel contre son compatriote Reshetnikov. La Russie compte déjà neuf médailles, dont deux titres, dans chaque arme, tant chez les hommes que chez les femmes. Pour Christian Bauer, arrivé à Moscou en 2010 pour prendre en charge le sabre russe, les Championnats du monde se déroulent de la meilleure des façons, avec deux titres chez les messieurs (Veniamin Reshetnikov en individuel, et l'épreuve par équipes), une médaille d'argent chez les messieurs (Kovalev) et chez les dames (Ekaterina Dyachenko en individuel). Sa moisson pourrait se poursuivre lundi avec l'épreuve par équipes où les Russes seront parmi les prétendantes au titre. La "Dream Team" italienne sur un nuage Plus tôt dans la soirée, les Italiennes emmenées par Valentina Vezzali, Elisa di Francisca, Arianna Errigo, toutes les trois déjà sacrées championnes du monde en individuel au minimum une fois, accompagnées de Carolina Erba, ont confirmé la suprématie de leur nation sur le fleuret féminin, en survolant le tournoi du début à la fin, donnant l'impression d'être inaccessibles sur leur nuage. En quarts de finale, les Italiennes ont cédé 20 touches contre les Chinoises et en demi-finale elles ont terminé la rencontre à 45-19 contre la Corée du Sud, pourtant médaillée de bronze aux jeux Olympiques de Londres en 2012. En finale, les Transalpines ont infligé une correction aux Françaises Corinne Maitrejean, Astrid Guyart, Ysaora Thibus et Anita Blaze. Le match a très vite tourné pour la Squadra Azzurra, véritable "Dream Team" du fleuret. Elles se sont finalement imposées 45-18 contre la France qui décroche sa première médaille et fait un peu oublier le zéro pointé de Londres. Pour l'Italienne Valentina Vezzali, véritable légende vivante du fleuret féminin mais seulement remplaçante en finale, il s'agit du 8e titre mondial, épreuves individuelles et épreuves par équipes confondues, et le 47e podium olympique, mondial, et européen dans sa carrière. "Je suis fière de mon beau retour. Je n'avais qu'une préparation courte, je suis fière de l'équipe. Je ne suis pas déçue de ne pas avoir tiré en finale", a expliqué la fleurettiste de Jesi, qui a donné naissance à son deuxième fils Andrea en mai. tba/alh

(AFP)

Ton opinion