Publié

tismeMondiaux-2013 - Tirunesh Dibaba, le long règne (MAGAZINE)

Par Astolfo CAGNACCI MOSCOU, 10 août 2013 (AFP) - L'Ethiopienne Tirunesh Dibaba est la reine du demi-fond, en quête d'un 3e titre sur 10.000 m aux Mondiaux d'athlétisme dimanche à Moscou, dix ans après le premier à Paris/Saint-Denis qui en avait fait la plus jeune championne du monde de l'histoire à 18 ans et deux mois.

Entre 5000 m, distance sur laquelle elle détient aussi le record du monde (14:11.15), et 10.000 m, Dibaba a été sacrée sept fois aux JO et aux Mondiaux, avec deux doublés précieux aux Jeux de Pékin, en 2008, et aux Championnats du monde 2005 à Helsinki. Si on y ajoute quatre médailles d'or en cross-country, son palmarès ressemble à la longue liste des souverains de la dynastie salomonide, au pouvoir à Addis Abeba jusqu'en 1974, qui se référait au roi Salomon et à l'hypothétique reine de Saba. Pourtant cette antériorité historique n'a pas ému la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), qui a régulièrement recalé Tirunesh quand venait le temps d'élire à Monaco l'athlète de l'année. En 2005 et en 2008, le président Lamine Diack et le prince Albert lui ont préféré la perchiste russe Yelena Isinbayeva. Plus médiatique assurément. Blessure secrète La native de Bekoji, la ville également de Kenenisa Bekele, son égal au masculin, en a gardé une blessure secrète. Absente pour blessure aux Mondiaux de Berlin-2009 et de Daegu-2011, l'épouse de Sileshi Sihine, médaille d'argent du 10.000 m olympique de Pékin, était revenue plus épanouie l'an dernier aux JO de Londres. Elle y avait gagné le 10.000 m et terminé en bronze sur 5000 m. La ligne franchie, elle avait lancé en Mondovision des regards noirs à sa rivale nationale Meseret Defar, coupable à ses yeux d'avoir attendu le dernier tour pour cueillir la victoire, alors qu'elle, reine des reines, avait mené grand train pour éprouver les Kényanes. Pour ne pas rallumer le feu de la guerre et diviser à nouveau le pays, la fédération éthiopienne a tranché. A Moscou, Tirunesh courra le 10.000 m et Meseret le 5000 m. Ainsi, chacune aura sa part de gloire. La course à pied est une histoire de famille. Outre Tirunesh, sa soeur aînée Ejegayehu s'est taillée une petite réputation alors que la cadette Genzebe est médaillable sur 1500 m à Moscou. Elles ont grandi à bonne école. La cousine Derartu Tulu fut la première athlète africaine noire à remporter le titre olympique, en l'occurrence le 10.000 m aux J0 de Barcelone, en 1992, qu'elle avait bissé huit ans plus tard à Sydney. asc/jgu

(AFP)

Ton opinion