20.09.2014 à 11:25

CyclismeMondiaux-2014 - Le pélerinage de Ponferrada (PRESENTATION)

Par Jean MONTOIS Ponferrada (Espagne), 20 sept 2014 (AFP) - Le cyclisme effectue à partir de dimanche son pèlerinage annuel, cette fois à Ponferrada, une ville du nord-ouest de l'Espagne, pour décerner les douze titres des Championnats du monde sur route.

La ville (70.000 habitants) de la province de Leon, étape répertoriée sur l'historique chemin de Saint-Jacques de Compostelle, accueille les compétitions mondiales avant deux éditions fixées hors Europe, à Richmond (Etats-Unis) en 2015 puis au Qatar. Le premier jour, les équipes de marque se disputent les titres du contre-la-montre avant l'entrée en scène des sélections nationales, immuable (et populaire) formule des Mondiaux. Avec, pour point d'orgue, la course des professionnels, le 28 septembre, sur un parcours raisonnablement sélectif qui laisse une chance à la plupart des coureurs mais semble avantager les puncheurs. Pour succéder au Portugais Rui Costa, qui s'était imposé l'an passé sur le circuit détrempé de Florence (Italie), nombreux sont les prétendants. Du Slovaque Peter Sagan à l'Australien Simon Gerrans, redoutables en cas d'arrivée d'un petit groupe, de l'Italien Vincenzo Nibali (vainqueur du Tour de France) à l'Espagnol Alejandro Valverde, la liste est longue des coureurs susceptibles d'endosser le maillot irisé au terme des 254,8 kilomètres (14 tours). Pour un bail de douze mois. Ce titre qui suscite la convoitise générale éclipse en bonne partie les autres épreuves. Pour preuve, le choix du Suisse Fabian Cancellara de délaisser le contre-la-montre -une médaille d'or qu'il a remportée déjà à quatre reprises- afin de concentrer ses efforts sur la course en ligne. Il laisse du coup le champ libre à un duel alléchant programmé mercredi, sur 47,1 kilomètres, entre le tenant, l'Allemand Tony Martin, et le Britannique Bradley Wiggins, son dauphin de l'année passée. Durant cette semaine aux couleurs de l'arc-en-ciel qui réunit les différentes catégories d'âge (juniors, espoirs, élite) et de sexe (dames et messieurs) avec pour "reine" attendue l'exceptionnelle néerlandaise Marianne Vos, tous ne partent pas à armes égales. Seules les grandes nations (Espagne, Italie, Belgique, France, Grande-Bretagne, etc) peuvent aligner neuf coureurs au départ de la course en ligne. Mais, faut-il le rappeler, Costa, le futur vainqueur, avait seulement deux coéquipiers l'an passé. Les contre-la-montre par équipes qui ouvrent les compétitions depuis deux ans s'annoncent disputés. Au moins pour l'épreuve messieurs enlevée ces deux dernières années par la formation belge Omega Pharma de Tony Martin, à chaque fois par une marge étroite. Trois secondes sur l'américaine BMC en 2012 et moins d'une seconde (81 centièmes) sur l'australienne Orica l'an passé. "Nous allons en Espagne avec un seul objectif en tête, la médaille d'or", a annoncé le responsable de l'équipe des antipodes, Matt White, en présentant son groupe (Durbridge, Hepburn, Howson, Lancaster, Mouris, Tuft), tous des rouleurs confirmés. "Par rapport à l'an dernier, nous avons encore progressé". "Le parcours (57,1 km) est plus difficile qu'en 2013, plus technique en tout cas", répond en écho Tom Steels, qui dirige le groupe tenant du titre. L'effectif a été renouvelé pour moitié par rapport l'an passé (arrivée de Boonen, Serry et Vermote pour épauler Kwiatkowski, T. Martin et Terpstra) sans entamer l'optimisme de son dirigeant: "Les gars sont forts, nous avons le potentiel pour gagner." jm/jcp

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!