Publié

CyclismeMondiaux-2015 - Martin sous la menace (PRESENTATION)

Richmond (Etats-Unis), 22 sept 2015 (AFP) - L'Allemand Tony Martin, trois fois titré, est directement placé sous la menace de ses cadets, le Néerlandais Tom Dumoulin et l'Australien Rohan Dennis, dans le contre-la-montre des championnats du monde de cyclisme, mercredi, à Richmond.

"Je suis très, très confiant", affirme Martin qui, en cas de succès, égalerait le record des quatre victoires du Suisse Fabian Cancellara, forfait cette fois.

Mais, s'il veut éviter une nouvelle cruelle déception, un an après s'être incliné face au Britannique Braldey Wiggins, le rouleur allemand doit être à son meilleur pour le long effort (plus d'une heure) qui l'attend à Richmond sur 53,5 kilomètres.

Pour gagner une quatrième fois après 2011, 2012 et 2013, Martin positive à l'extrême. Même par rapport à sa chute dans le final de l'étape du Havre, qui lui avait fait perdre le maillot jaune du Tour de France en juillet: "Ce n'est pas un désavantage, au contraire j'ai peut-être un surcroît de fraîcheur."

L'Allemand (30 ans) assure ne pas être gêné par son épaule gauche, où les médecins lui ont placé une plaque en titane. Il est difficile d'en douter, à voir son efficacité dans le contre-la-montre par équipes que sa formation a terminé dimanche à la deuxième place, lors de l'ouverture des compétitions mondiales.

Pour Martin, les adversaires sont identifiés. En premier lieu, le Néerlandais Tom Dumoulin (24 ans), qui l'a accompagné l'an passé sur le podium de Ponferrada (3e), et l'Australien Rohan Dennis (25 ans), qui l'a privé de la victoire dans le contre-la-montre inaugural du Tour de France à Utrecht au début de l'été, il est vrai sensiblement plus court (13,8 km).

La distance, cette fois, avantage Martin sans pénaliser Dumoulin, très à l'aise dans la récente Vuelta qu'il a failli enlever ("la question est de savoir. Le parcours, rapide mais le plus souvent ondulé avant la courte montée vers la ligne droite finale, le séduit: "C'est ce genre de terrain que je préfère dans un contre-la-montre."

"Le deuxième est le premier perdant", rappelle l'Allemand de Cottbus qui a expérimenté toutes les places sur le podium mondial depuis sa première médaille en 2009.

En revanche, Dennis, deuxième dans la catégorie espoirs en 2012, n'est jamais monté sur le podium en élite. Mais il a fait partie à deux reprises de l'équipe victorieuse qu'il a mené au succès dimanche dernier. "C'est un résultat qui me donne beaucoup de confiance pour mercredi", a-t-il dit.

Le match à trois qui se profile sur les routes larges de Virginie, hormis un passage bucolique plus étroit dans la première moitié de course, peut être modifié par l'inévitable Vasil Kiryienka (34 ans), le Bélarusse impressionnant dimanche avec son équipe ("une machine à rouler" selon son directeur sportif) et vainqueur du chrono du Giro en mai.

jm/jcp

(AFP)

Votre opinion