16.02.2015 à 11:25

CyclismeMondiaux-2015 - Un détour par la France pour aller à Rio (PRESENTATION)

Par Jean MONTOIS Saint-Quentin-en-Yvelines (France), 16 fév 2015 (AFP) - A dix-huit mois des JO de Rio, le cyclisme sur piste se donne rendez-vous de mercredi à dimanche en France, au vélodrome national de Saint-Quentin-en-Yvelines, pour les Championnats du monde annuels.

A moins d'une trentaine de kilomètres de Paris, la piste de 250 mètres offre un cadre inédit à cette réunion de pistards. Rares en effet sont les routiers qui viendront rivaliser avec eux. Hormis, pour les têtes d'affiche, le Français Bryan Coquard, dans l'américaine et la poursuite par équipes, et l'Italien Elia Viviani, qui ajoutera également l'omnium à son programme. Les Mondiaux, qui pèsent dans l'octroi des quotas olympiques, déterminent aussi la hiérarchie et servent de repère sur la route des JO. De l'Australienne Anna Meares, en lice pour une 11e médaille d'or qui en ferait la cycliste la plus titrée aux Mondiaux, au Français Grégory Baugé, qui peine à retrouver la vitesse qui lui avait valu deux fois l'argent aux Jeux précédents, tous parlent déjà de Rio. "Je serai mieux que l'an dernier, affirme Meares, 31 ans, double médaillée d'argent l'an passé à Cali (Colombie). Ces Mondiaux seront une étape essentielle pour Rio, qui est mon grand objectif". Baugé tient un discours analogue au sein d'une équipe nationale qui ne peut toutefois rater ces Mondiaux à domicile, les premiers en France depuis 2006 (Bordeaux). Même si les problèmes à répétition de François Pervis, auteur d'un triplé inédit l'an passé dans les épreuves individuelles de sprint (keirin, kilomètre, vitesse individuelle), ont compromis ses chances, avec une préparation durablement contrariée. "Je ne suis pas dans les mêmes conditions que l'an dernier, reconnaît Pervis. Mais un championnat du monde à domicile, c'est un moment très fort à vivre et à partager avec son public". Le succès populaire est déjà assuré. Quelque 5000 spectateurs, la jauge officielle du Vélodrome national, sont attendus chaque jour pour des Mondiaux qui réunissent 36 délégations. Les Allemands, tant par équipes qu'en individuel (Stefan Botticher et Maximilian Levy, Kristina Vogel et Miriam Welte), se présentent en position de force avec la jeune vague néerlandaise (Jeffrey Hoogland et Elis Ligtlee en priorité). Sans oublier l'Australie et la Grande-Bretagne, dans le sillage de Jason Kenny, vainqueur de la vitesse aux derniers JO. Kenny, qui estime les coureurs français avantagés par l'exceptionnelle largeur de la piste de Saint-Quentin-en-Yvelines (8 m au lieu de 7), affirme cette fois ses ambitions. "J'aimerais gagner plus de titres. J'ai eu beaucoup de médailles (6) aux Championnats du monde mais seulement deux en or", relève l'Anglais, qui forme depuis fin 2014 un couple de champions olympiques avec sa femme Laura Trott, sacrée dans l'omnium et la poursuite par équipes à Londres. Avant le dénouement dimanche de la vitesse, l'épreuve-reine, dix-huit autres épreuves sont prévues sur l'anneau en bois blond inauguré l'an passé. L'occasion aussi, pour les poursuiteurs suisses, les représentants colombiens (attention à Puerta dans le sprint) et les sprinteuses chinoises, de se mettre en évidence. jm/gv

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!