22.12.2015 à 06:38

Manif sauvageMonica Bonfanti fragilisée

La cheffe de la police genevoise est chahutée depuis les débordements de ce week-end. Une page Facebook appelle à sa démission.

von
Evelyne Emeri
Une page Facebook appelle à la démission de Monica Bonfanti, cheffe de la police genevoise.

Une page Facebook appelle à la démission de Monica Bonfanti, cheffe de la police genevoise.

Keystone

«Je vous interdis de dire que nous avons été débordés par les manifestations de cette nuit.» Cette phrase, devenue quasi culte depuis dimanche soir, Monica Bonfanti l’a prononcée sur les ondes de la RTS. Un ton péremptoire et sans concession, il n’en faut pas davantage pour que la cheffe de la police genevoise soit bousculée après la mise à sac intervenue dans la nuit de samedi à dimanche. Sur les 500 manifestants sauvages, issus des milieux de la culture alternative de la cité, une cinquantaine ont passé à l’acte. Face à eux, seulement trente policiers auraient été dépêchés sur place. Et n’ont pas pu éviter ni les tags sur les bâtiments, ni la destruction de vitrines, ni le pillage de certains commerces. Exactions commises par une jeunesse en colère, libre, aucune arrestation n’étant intervenue lors de ces débordements.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!