Publié

Automobilisme«Monsieur Dakar», Stéphane Peterhansel, vire en tête

Le Français, établi depuis de longues années sur le Haut-Plateau, en Valais, prend la tête du Dakar 2021.

par
Jean-Claude Schertenleib

Il est «Monsieur Dakar», vainqueur à 13 reprises (six fois en moto, sept fois dans la catégorie réservée aux voitures) du plus célèbre des rallyes-raids: à 55 ans, Stéphane Peterhansel marie parfaitement les deux qualités essentielles de la discipline, la vélocité et la régularité. Pour le premier gros morceau de l’édition 2021, 457 km de spéciale entre Bisha et Wadi Ad-Dawasir, «Peter» a longtemps fait la course en tête au volant de sa Mini, avant que le Qatari Nasser Al-Attiyah (Toyota) ne réussisse une fin de course parfaite pour s’imposer (2’35 devant Peterhansel, 9’17 de mieux que Carlos Sainz). Au général, Peterhansel succède ainsi à son collègue de marque Sainz, qu’il devance de 6’37.

Après avoir vécu une première journée difficile – soucis de navigation et plusieurs crevaisons -, Sébastien Loeb et Daniel Elena terminent cette deuxième étape au sixième rang.

Nicolas Brabeck frustré

La journée a été difficile pour le team Rebellion, Romain Dumas, puis Alexandre Pesci ayant connu leur lot de soucis. Dans la catégorie des SSV, le Lausannois Nicolas Brabeck-Letmathe, le plus expérimenté des Suisses du Dakar, même s’il découvre le pilotage sur quatre roues, a encore été très bon: «Une spéciale superbe, mais beaucoup de frustration», explique le Lausannois, 37e de l’étape et 34e au classement général.

Le Lausannois peine à trouver de la vitesse de pointe.

Le Lausannois peine à trouver de la vitesse de pointe.

DR

«Pour une raison que nous ne comprenons pas, il nous manque 20 km/h en vitesse de pointe par rapport aux autres buggys. Ensuite, il y a eu une incompréhension avec notre équipe d’assistance et on s’est retrouvés en panne sèche; par chance, un concurrent russe nous a dépannés jusqu’au ravitaillement suivant et ce moment de la course fut plutôt rock and roll. Bref, une vraie étape du Dakar, j’ai tout le temps attaqué, mais nous étions juste trop lents.»

Après sa mésaventure de la veille – un triple tonneau! -, le Genevois Vincent Gonzalez et son équipier français Renaud Niveau ont réussi à ramener leur véhicule à l’arrivée et ils ont pu prendre le départ ce matin, bien décidés à poursuivre l’aventure.

Moto: doublé Honda

Sur deux roues, cette deuxième étape a permis à Honda de faire coup double: victoire de l’Espagnol Joan Barreda devant l’Américain Ricky Brabec (vainqueur l’an dernier), les deux hommes se retrouvent dans la même position au classement général, séparés par un peu plus de 6 minutes. Journée difficile pour KTM; vainqueur la veille, l’Australien Toby Price perd 32 minutes alors que le lauréat 2018, l’Autrichien Matthias Walkner, a connu de gros soucis techniques juste après le départ et perd plus de deux heures.

Mardi, boucle de 630 km (403 de spéciale) autour de Wadi Ad-Dawasir; au menu, des dunes, mais aussi des passages très techniques.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
8 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

le plombier de nulle part

04.01.2021 à 17:37

je commence a me demander si il y'a pas des mouvement anti paris dakar en suisse ....et pourquoi.....tout le monde(normal)en campagne prend ca voiture "polluante" pour aller bosser quand il peuvent (pas a cause du covid 19)

Ridiculejournaliste

04.01.2021 à 16:56

L'utilité de mentionner son lieu de résidence? Il faudrait aussi spécifier que Sébastien Loeb est co-propriétaire d'un jet avec un président du club de foot local...

Tiwenn

04.01.2021 à 16:47

Ça reste une course people, qui ne rend pas service à l’image du sport auto, aucun des pilotes de têtes ne seraient capables d’approcher un top teen en wrc aujourd’hui à part Loeb, souder le pedale de droite en espérant qu’il n’y aie pas de trous et se faire reconstruire une auto tous les soirs ? Ça vaut pas mieux que la F1