Actualisé

SurveillanceMonsieur Prix va s'attaquer au franc fort

Stefan Meierhans, alias Monsieur Prix, fera du franc fort sa priorité en 2012. Il ciblera en particulier les coûts pour les industries d'exportation et du tourisme.

Monsieur Prix, Stefan Meierhans

Monsieur Prix, Stefan Meierhans

Keystone

Après la santé et le social l'an dernier, le surveillant des prix se concentrera en 2012 sur le franc fort.

En plus des répercussions sur les prix à l'importation, Stefan Meierhans ciblera les coûts pour les industries d'exportation et du tourisme.

Alors que les produits de fabrication indigène ont renchéri l'an passé de 0,2%, les prix des produits importés ont reculé de 3,3%. «C'est une bonne nouvelle, mais le bilan doit être nuancé», a expliqué vendredi Monsieur Prix à la presse.

Le surveillant s'était déjà penché sur la non-répercussion des avantages de change sur les marchandises importées en 2011. Il a contacté les producteurs et importateurs de produits de marque ainsi que Coop et Migros et ouvert «une bonne douzaine d'enquêtes». Pas question pour Stefan Meierhans d'en divulguer plus pour l'instant. Un rapport devrait être présenté en milieu d'année.

La situation s'est améliorée depuis l'été, aussi sous la pression des consommateurs, a reconnu le surveillant. Mais les dossiers sont très complexes et nécessitent d'importantes ressources. Il ne faut pas non plus attendre de miracle: dans un produit cosmétique par exemple, la part liée au taux de change ne représente que 4% du prix de vente, a relevé Monsieur Prix.

Lutter contre les cartels

Pour lutter contre l'îlot de cherté suisse, il faut faire jouer la concurrence, ce qui nécessite aussi des réformes comme la révision de la loi sur les cartels ou l'application stricte du principe du Cassis de Dijon, y compris pour l'alimentation, a plaidé Stefan Meierhans.

Ses services vont évaluer les possibilités d'alléger les coûts des industries d'exportation et du tourisme notamment afin de garantir la compétitivité de l'économie et éviter les délocalisations. En matière d'approvisionnement, les prix du gaz des distributeurs les plus chers seront ainsi examinés.

Problèmes de santé

Le surveillant des prix restera aussi vigilant dans le domaine de la santé et du social.

De gros problèmes demeurent dans la mise en œuvre du financement des soins, les résidents en EMS ayant vu dans certains cantons leurs coûts augmenter au lieu de baisser. «Beaucoup de personnes âgées désespérées ont sollicité nos services et à Bâle- Campagne le système a pu être partiellement adapté».

Pour les médicaments, Stefan Meierhans estime que son action en faveur d'une comparaison systématique avec les tarifs étrangers et d'une adaptation au cours de change a permis de réduire la douloureuse pour le consommateur. Mais il s'inquiète car la branche a récemment remis cette adaptation en question, exigeant un système plus souple.

Transports publics

Côté transports publics, Monsieur Prix étudie les hausses de prix annoncées pour fin 2012.

Il a obtenu à l'amiable l'an dernier que certains clients soient épargnés, mais tremble pour ses compétences de surveillance. Le Parlement envisage de fixer aux compagnies des objectifs de bénéfice sur lesquels Stefan Meierhans n'aurait pas prise, ce qui lui supprimait de facto tout pouvoir.

Il devra aussi se pencher sur le marché du livre si le peuple dit oui le 11 mars à la loi sur le prix unique. Monsieur Prix se dit sceptique sur l'effet du texte en terme de politique culturelle.

Il ne doute en revanche pas de ses ressources pour réduire les prix. Le surveillant pourra demander au Conseil fédéral de fixer par ordonnance les écarts maximaux autorisés par rapport à l'étranger, mais devrait d'abord chercher une solution consensuelle avec la branche.

Ses services ont reçu l'an dernier du public le chiffre record de 2639 plaintes, soit trois plus qu'il y a dix ans. En tête de préoccupation des Suisses figurent la santé avec 385 dénonciations devant les journaux et revues (247 cas concernant surtout le prix vente des publications étrangères) puis l'envoi de paquets et lettres (218 cas incluant les plaintes pour frais de dédouanement).

(ats)

Ton opinion