Genève: mort à 100 ans de Nessim Gaon, fondateur du Noga Hilton
Actualisé

GenèveMort à 100 ans de Nessim Gaon, fondateur du Noga Hilton

L’homme d’affaires avait contribué à l’essor de la ville avant qu’un long différend financier avec la Russie ne fragilise son empire.

par
Michel Pralong
En 2007, Nessim Gaon s’était rendu sur les lieux d’un incendie qui avait ravagé la synagogue Hekhal Haness qu’il avait financée en 1972 à Genève.

En 2007, Nessim Gaon s’était rendu sur les lieux d’un incendie qui avait ravagé la synagogue Hekhal Haness qu’il avait financée en 1972 à Genève.

Christian Bonzon

L’homme d’affaires et philanthrope genevois Nessim Gaon s’est éteint mardi 10 mai à l’âge de 100 ans, communique RadioJ.

Celui qui, en 1976, s’associe au groupe Hilton pour construire le fameux hôtel Noga Hilton, était né le 22 février 1922 à Khartoum, au Soudan. Il s’engage dans l’armée britannique lors de la Seconde Guerre mondiale. Après la guerre, il fait fortune dans le négoce international et s’installe à Genève en 1952 avec son épouse.

Il est actif dans le commerce international des matières premières avec sa compagnie Noga d’importation et exportation SA, créée en 1957. il s’est très vite hissé parmi les leaders en la matière, participant ainsi à l’essor de Genève, capitale du négoce international. Il s’installera avec sa famille (il a eu trois enfants, tous nés à Genève) dans le cinq-étoiles qu’il a bâti et fera également construire des Noga Hilton à Cannes et au Nigeria.

Il contribue au rapprochement Israël-Égypte

Président en 1971 de la Fédération sépharade mondiale et vice-président du Congrès juif mondial, il contribuera au rapprochement du premier ministre israélien Menahem Begin avec le président égyptien Anouar el-Sadate.

Grand mécène et philanthrope, il a construit la synagogue et centre culturel Hekhal Haness dans le quartier de Malagnou, une des plus grandes synagogues en Suisse et haut lieu du judaïsme genevois. Mais il a également contribué, dans les années 80 à récolter des fonds pour la rénovation de la cathédrale des clés de Saint-Pierre, haut symbole, à ses yeux, de la Genève œcuménique.

En 1991, sa société Noga SA signe avec l’a Fédération de Russie un contrat pétrole et gaz contre nourriture d’un montant de 1,5 milliard. Mais en 1993, la Fédération de Russie a arrêté ses livraisons de pétrole provoquant ainsi un défaut de paiement, causant des difficultés importantes de trésorerie à la société. Commence alors un long combat judiciaire et financier, qui fragilisera l’empire de Nessim Gaon. En mai 2001, le Noga Hilton est vendu aux enchères à UBS et la BNP. En 2006, il devient le Grand Hôtel Kempinski, racheté par des Saoudiens qui ont confié sa gérance au groupe Kempinski.

Poursuivi pour «gestion fautive» et «banqueroute frauduleuse» depuis 1994, l’homme d’affaires est blanchi en 2004 par le procureur de Genève.

Hommage du président israélien

Le président israélien Isaac Herzog, dont le frère aîné, Joel, est marié à Marguerite, la fille de Nessim Gaon. lui a rendu hommage, cite RadioJ: «Nessim a toujours été fier de l’héritage juif mizrahi et il a soutenu Israël tout au long de sa vie. Il a apporté une contribution significative à la société israélienne». Dans les années 1970, il a notamment financé des projets pour réhabiliter les quartiers pauvres du pays et offrir des bourses d’études pour les jeunes qui y vivaient.

La famille de Nessim Gaon précise que jusqu’à la fin, il a conservé sa fougue, son optimisme et sa générosité. «Il a marqué l’histoire de son empreinte. Il manquera à sa famille et à tous ceux qui l’ont côtoyé».

Votre opinion

2 commentaires