Nouvelle-Zélande: Mort de «Nigel», l'oiseau le plus seul du monde
Publié

Nouvelle-ZélandeMort de «Nigel», l'oiseau le plus seul du monde

L'aimable fou de Bassan a vécu seul sur une île durant cinq ans, au milieu de 80 statues en béton reproduisant ses congénères.

par
Laurent Siebenmann

Triste fin pour «Nigel», un fou de Bassan qui vivait seul depuis cinq ans sur l'île de Mana, en Nouvelle-Zélande. Le volatile a été retrouvé mort.

L'oiseau avait élu domicile en cet endroit car s'y trouvaient 80 statues en pierre simulant une colonie de fous de Bassan censée attirer d'autre oiseaux de cette espèce.

«Nigel», persuadé d'avoir trouvé de nouveaux compagnons, avait donc décidé de vivre paisiblement auprès d'eux. Il était ainsi devenu le premier fou de Bassan à s'installer durablement sur l'île depuis 40 ans.

Une «amoureuse» muette

Nombreux étaient les observateurs à voir l'animal survoler les eaux entourant l'île, régulièrement. Le bougre se nourrissait de touffes d'herbe, notent les spécialistes qui assurent que «Nigel» semblait parfaitement heureux, au milieu de ses statues.

Si heureux qu'il avait fini par nouer une «relation» privilégiée avec l'une d'elles, considérée visiblement comme sa «compagne».

Il tentait même d'entrer en communication avec la vilaine muette. Et lui apportait des brindilles dans l'espoir vain de construire un nid...

C'est au pied de son «amoureuse» que «Nigel» a été retrouvé sans vie.

Votre opinion